Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 15:13

Au fil des jours et des nuits, il m’agaçait de plus en plus par ses allées et venues dans la cellule, par son manque de savoir-vivre et son désœuvrement.

Ne lisant pas, n’écoutant que très peu la radio – Michel et moi lui avions fait comprendre que cela nous gênait –, il vivait dans un ennui absolu. Sa seule occupation était de nous regarder et de nous imiter. Et ainsi, un matin, je m’aperçus qu’il me regardait tandis que je faisais ma toilette. Sans arrière-pensée, d’ailleurs, simplement pour voir quelque chose. C’est du moins ce que je suppose. Comme Michel dormait encore, je m’approchai de José et lui dis à voix basse :

– Je préfère que tu ne m’observes pas pendant que je me lave.

De ce jour, il fut convenu que nous tendrions une couverture entre le lit et le mur pour la toilette. Mais, quand une cause de friction disparaissait, une autre surgissait.

Depuis que je cantinais des fruits et des laitages, José devenait de plus en plus difficile à contenter sur le plan alimentaire. Il repoussait son assiette en disant :

– Je ne peux pas manger ça.

Et je lui offrais de partager les provisions. Mais, comme cela devint systématique, je finis par me montrer plus réticent. Semblable en cela à tous les violeurs que j’ai pu voir autour de moi, il était très attiré par les plaisirs de la table, aussi ne put-il s’empêcher d’insister :

– Si je te demande une tomate, tu vas m’envoyer chier ?

Irrité, je répondis en le regardant :

– Oui.

Si bien que la tension s’accrut encore et, un peu plus tard, il trouva l’occasion de dire :

– Je ne suis vraiment pas méchant mais un jour tu pourrais bien en prendre une sur la gueule.

– Je ne te conseille pas de me menacer, lui répondis-je.

Et lui, du fond de son immense et pathétique faiblesse, marmonna :

– Je ne te menace pas.

Néanmoins, je pris l’habitude de dormir en conservant une certaine vigilance, et en même temps des pensées très violentes me traversaient l’esprit. Je comprenais comment certaines histoires de coups de tabouret pouvaient survenir.

Au cours d’une promenade, je suggérai à Michel de faire remplacer José par quelqu’un d’autre.

– Je connais ce genre de gars, me répondit-il, il faut que tu fasses attention. Mais, si on demandait un changement, on pourrait tomber sur bien pire… par exemple un type qui écoute la radio ou regarde la télé toute la journée… Nous serions vite abrutis.

Je savais qu’il avait raison. Il y a tant de cellules où le téléviseur n’est jamais éteint, et nous étions l’une des rares à ne pas en vouloir.

Peu de temps après, un soir, José formulait la même idée :

– Tu as tort de te plaindre de moi, tu sais… Il y a des types avec qui tu serais plus malheureux, comme ceux qui font du sport toute la journée. Dès le matin, ils comptent leurs pompes : … treize, quatorze, quinze… Crois- moi, tu souffrirais.

Et il nous raconta un souvenir personnel :

– Une fois à Fresnes, j’étais avec un mec, un vieux, qui marchait du matin au soir dans la cellule en récitant : « Notre Père, qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne… » De temps en temps il s’arrêtait et il criait : « Les femmes, c’est toutes des salopes ! »

 

Christian Molinier, Un séjour à Fresnes, L’Anabase, 1992, 2e édition 2011, p. 34 à 36.

 

Je vous lis juste la quatrième de couverture : « L’auteur de ce témoignage sur la prison de Fresnes enseignait la sociologie lorsqu’il fut accusé à tort de tentative d’assassinat et condamné à dix ans de réclusion criminelle. Il a été libéré après cinq ans et trois mois de détention dans divers établissement pénitentiaires. »

 

J’aurais pu recopier aussi le passage où, de la fenêtre de sa cellule, le narrateur passe la soirée à regarder deux détenus qui, parvenus sur le toit du couloir central, en face de lui, regardent le paysage, avant d’être, comment dit-on, arraisonnés ? par les policiers et leur grand chien dont la silhouette se profilait sur l’arête du toit à la lumière de la lune. Mais cet épisode n’est qu’une parenthèse dans un récit d’une terrible quotidienneté.

http://images.titelive.com/333/9782909535333_1_75.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

chris 13/04/2012 17:26


La promiscuité, certes, mais, surtout l'intolérable de l'espace si réduit pour chacun des "cohabitants" qu'il conduit certainement à toute forme de "violences" dues -peut-être- à l'exacerbation
d'une profonde et extrême solitude? 

Françoise 12/04/2012 14:10


Ah oui, la promiscuité... mais c'est lié

Zoë Lucider 11/04/2012 19:13


Je ne sais pas ce qui peut être pire que l'obligatoire promiscuité. Au moins pouvoir vivre seul de temps à autre ou si on préfère devrait être la règle.

PhA 13/04/2012 08:27



Après un exceptionnel moment de solitude, l'auteur s'entend dire qu'il a "rajeuni", tant l'effet est sensible.



Françoise 11/04/2012 17:49


La pire des choses que d'être privé de liberté... 

PhA 11/04/2012 18:39



"Le temps se fige et englue l'âme." (p. 26)


La promiscuité, aussi.



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert