Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 20:59

Un bel abyme

 

L’impossibilité d’écrire est à l’œuvre dans l’œuvre et l’écriture de Michel Arrivé. Elle présidait à la « désécriture » d’Une très Vieille petite fille – pour l’héroïne, c’était l’écriture ou la vie –, elle faisait le malheur de la Walkyrie et du professeur dans le roman suivant. Dans Un bel immeuble, c’est Joël Escrivant, nouvelle figure d’écrivain, qui va s’y confronter. Ecrivain par le nom (comme l’était le Jacques Lécrivain de la Walkyrie et le professeur), Joël Escrivant ne l’est pas officiellement : ce n’est qu’un écrivain du dimanche, qui profite de sa retraite (de marchand de voitures de sport – Jacques Lécrivain était lui-même plus pharmacien et mycologue que véritable écrivain) pour assouvir sa passion.

C’est qu’il y a une discrète et assez féroce dégradation de la figure de l’écrivain chez Michel Arrivé, et particulièrement dans ce Bel immeuble. Les tourments et les exigences littéraires de Joël Escrivant – il en a, lui qui a détruit systématiquement toutes ses précédentes productions – frisent souvent le dérisoire : un refus quasi superstitieux de l’autobiographie (qui le pousse avec une hypocrisie somme toute assez littéraire à situer son roman au 26 bis rue Pougens à Montrouge, alors qu’il a lui-même vécu… au 26 de la même rue !) ; une fascination pour l’outil statistique de son traitement de texte consulté à tout bout de champ (alerté par ces considérations quantitatives, le lecteur familier ne manquera pas de remarquer que tiens, pour cet Arrivé-là, les éditions Champ Vallon sont passées au grand format) ; sans parler des accusations de plagiat par anticipation dont se retrouvent accusés Lesage et son Diable boiteux, Zola et son Pot-bouille, Perec et sa Vie mode d’emploi.

Car le roman de Joël Escrivant est aussi l’histoire d’un immeuble, « le 26 bis rue Pougens », dont les habitants sont les personnages. Afin de mieux s’y retrouver, Joël Escrivant a même dessiné schématiquement le plan en coupe de l’immeuble, avec les noms des différents occupants – sur la durée approximative d’une décennie, les année cinquante, dont le souvenir est encore frais dans sa mémoire. Entrecoupé par les tribulations littéraires et statistiques de Joël Escrivant rapportées en italiques, l’essentiel du roman est constitué par le roman même de l’auteur fictif : Un bel immeuble, malgré la couverture qui nous dit le contraire, est d’abord l’œuvre de Joël Escrivant. On y fait connaissance des nombreuses familles du 26 bis, et les ragots se muent en matière littéraire : Mesdames Gandillot et Pinaudier, qui vivent leur commérage comme une authentique mission, deviennent, dans une discrète mise en abyme, des avatars de plus en plus dégradés de la figure l’écrivain ; et pourtant on se surprend, vil lecteur, à se passionner pour leurs cancans ! Mais elles ne sont pas les seuls habitants du 26 bis à représenter l’écriture dans l’écriture – elles-mêmes se limitent d’ailleurs à faire vivre la tradition orale. Deux autres personnages : le docteur Ménétrier – médecin raté à la hauteur des succès de sa doctoresse d’épouse – et « ce demeuré de Bornichet », qui nous offre le seul récit à la première personne du roman (car les velléités littéraires du bon docteur resteront lettre morte) éprouvent soudain l’impérieuse nécessité de l’écriture.

C’est dans cette pulsion, qui dépasse les personnages et qui va en faire les authentiques protagonistes d’Un bel immeuble, que réside le caractère le plus trouble et le plus fascinant du roman : comme dans Une très Vieille petite fille, comme dans la Walkyrie et le professeur, la mort – voire le meurtre – n’est pas loin. C’est de ce côté, peut-être, que Joël Escrivant devrait enquêter ; peut-être y trouverait-il la clef de son mystère : cette érosion inexplicable et croissante de son roman, que lui signale impitoyablement à chaque consultation l’outil statistique de son traitement de texte.

 

Janvier 2010.

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/4/2/2/9782876735224.jpg

Michel Arrivé vient de faire paraître l’Homme qui achetait les rêves.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anonyme 15/04/2012 17:12


Ce bel immeuble est arrivé depuis deux jours : un édifice, une construction qui me captivent..... Encore merci pour vos éclairages....

PhA 16/04/2012 11:10



Vous avez raison : "ce bel immeuble est Arrivé" - on peut aussi le lire comme ça !



Anastasia 07/04/2012 11:24



Et c'est un rythme !

Anastasia 07/04/2012 10:17


Vous n'osez pas ? C'est la sensation d'un regard qui vous receuille ? Une chose ne tient pas dans le filet des entredires, oui un filet comme un épais fil à retordre la
crème flechette brisant le feu à même l'épreuve, vous, on ne se connait pas, et quand bien même, vivant, ou mort, c'est au choix, j'insiste : NOUS NE SOMMES PAS EN
DETTES, alors, tout ce que tu voudras, bouche de bruits defaite du jour du bord des bêtes, ne lachera pas, corps inalterable AUX ENTENDEURS, que je ne salue pas,
risiblement. A mains nues l'ombre chaude. RISIBLEMENT étrangère RISIBLEMENT. Nous sommes ce que nous ne pouvons pas être, et, ça, alors, effectivement. NOUS LE DISONS. Puisque
nous le faisons. ET QUAND BIEN MEME !


 

Anastasia 06/04/2012 21:40


Qu'on ne confonde pas. Ou alors c'est un fondement de moins. Et si c'est en moins, c'est en mieux, mais ne tient pas. 
L’outil statistique de son traitement de texte est en pulsation. Pas un espace à occuper ou  une néo-walkyrie des profondeurs à envahir. Du tout. Mais une
respiration inaccordable aux bons entendeurs. AUX BONS ENTENDEURS :   Nous ne sommes pas des chiffres en moins ou en plus. NOUS NE SOMMES PAS EN DETTES NON PLUS. NOUS
FRANCHISSONS. En toutes lettres ou à voix basse si le jour venait à greler la nuit, selon votre préférence, où cela : nous ne sommes pas des chiffres. Nous sommes.
Nous essayons. Nous devenons. Risiblement. Peut-être. Mais je ne crois pas que personne.

PhA 06/04/2012 22:45



Je n'oserais pas vous contredire.



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert