Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 06:37

spoutnik

Aujourd’hui débute l’existence officielle de Monsieur Le Comte. Il est dans toutes les bonnes librairies, forcément ; et la couverture que lui a tissée Thaddée a commencé son hypnose sur les visiteurs imprudents.

J’entends déjà cette voix dans la tête du lecteur d’hier : Qu’est-ce qu’il nous fait ? (et derrière cette question il y aura peut-être le souvenir de Liquide, de Chroniques et des autres, et l’idée d’un étrange début de collection quelque peu disparate). Car il y aura des surprises (un peu moins pour ceux qui ont suivi le hublot de Monsieur Le Comte, où l’on ne voit pas grand-chose mais déjà la disparate – les curieux pourront d’ailleurs retourner voir par ce hublot après lecture du livre, pour vérifier s’ils n’ont pas raté quelque chose).

Je préfère habituellement les énigmes aux explications, mais pour une fois je vais essayer de mettre quelques mots sur cette disparate qui m’anime – et m’a déjà joué des tours. Allez, je vous raconte un peu ma vie.

Je suis en effet coutumier du changement de registre ; c’est notamment la raison de mon départ du Seuil : mon deuxième livre, Chroniques imaginaires de la mort vive, a dérouté Bertrand Visage, qui avait publié Une affaire de regard. La différence a aussi frappé, mais avec une appréciation inverse, Lise Beninca, qui en parle dans l’introduction à mon interview pour le Matricule des Anges, à l’occasion de la parution de Chroniques.

Ces changements de registre, je les pratiquais bien avant d’être publié, sans m’interroger sur ce qui les motivait : à mes yeux, ils correspondaient à mes goûts, tout simplement ; aussi bien en lecture que dans l’assiette, d’ailleurs. Avec le recul, je me rends compte que si la forme extérieure diffère, et parfois en effet d’une manière un peu spectaculaire, le fond ne change pas : il s’agit toujours de la question de l’identité, du rapport de la lettre à l’être. J’ai plutôt une formation de linguiste, et j’entretiens avec le langage une relation fondée sur la méfiance : je n’arrive pas à croire que les mots soient aptes à dire la chose. C’est ce qui m’amène à tout remettre en question, tout remettre en jeu à chaque livre.

Sur un plan éditorial (dont je ne me soucie pas, n’étant pas éditeur) le risque est réel. Même cette étape franchie, il demeure, ce risque. Changer de style, ça peut passer pour un jeu – un exercice. Et puis, bien sûr, ça déroute. C’est d’ailleurs pour ça, au départ, que j’ai ouvert ces Hublots : pallier l’absence de mise en regard de mes textes les uns par rapport aux autres. On devrait y voir, peut-être, mon orbite, celle que je décris autour d’un même objet, en explorant chaque fois de nouvelles faces : c’est de là que vient l’apparente disparate.

Tout remettre en question, tout remettre en jeu à chaque livre, disais-je – parce que les mots s’usent ; et quand je dis les mots, je veux dire tout ce qui donne corps à un livre. Y compris, par exemple, le contenu romanesque. Se débarrasser du roman – sans doute pour pouvoir y revenir, plus librement.

Monsieur Le Comte au pied de la lettre, malgré les apparences, entretient avec Liquide un rapport particulier. Ecrit en même temps (je l’ai terminé moins de trois mois après avoir terminé Liquide) (en même temps mais pas à la même heure : Liquide est un livre du soir, Monsieur Le Comte est plutôt un livre du matin), il en est en quelque sorte le jumeau négatif et rigolard (et ceux qui l’ont déjà lu savent quelle figure – ou quelle absence de figure – le jumeau négatif prend chez Monsieur Le Comte). Dans Liquide, j’accepte encore de jouer le jeu du roman, je fais semblant de raconter une histoire – une histoire de couple, en l’occurrence. Mais ce sujet n’est pas le vrai sujet de Liquide, et moi-même je me disais a posteriori que j’aurais pu traiter mon sujet réel (la liquidation de la personne, dans tous les sens du terme bien sûr) en racontant par exemple l’histoire d’un homme qui vient de perdre son emploi ; la différence n’aurait été qu’anecdotique.

Le contenu romanesque, à mes yeux, fait partie de la forme ; il ne touche pas au fond. Monsieur Le Comte au pied de la lettre remet en question cette enveloppe romanesque : le personnage n’y est plus qu’une figure de papier – le livre avec lequel il se confond. (C’est une autre forme du même mouvement d’effacement que dans Liquide, où j’avais déjà liquidé la personne du personnage – celle qu’à l’école on numérote de 1ère à 3e du singulier et du pluriel.) Dans Monsieur Le Comte, le jumeau négatif du personnage (autrement dit l’auteur ?), y cherche – en vain – la figure, dans tous les sens du terme, que les mots ne sauraient lui donner, incapables qu’ils sont, pour se dire (j’ai beau tenter de me défaire de l’emprise de Beckett, de l’Innommable, on en revient toujours là). Le constat pourrait passer pour éminemment déceptif, puisque c’est le fait même d’écrire que, à chaque livre, je remets en question (déjà dans Une affaire de regard et dans Par temps clair je raconte plus une absence d’histoire qu’une histoire) ; c’est aussi que je vois la littérature comme le phénix : les cendres y sont fertiles – il arrive même qu’elles soient très drôles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

r1 12/10/2010 16:53



Merci pour l'éclairage tamisé.
Et au plaisir de rencontrer M. le Comte, cher Philippe.



PhA 12/10/2010 18:13



Tout le plaisir sera pour lui ! (et aussi pour moi)



quotiriens 09/10/2010 18:23



Enfanter est un mérite qui justifie un rite, marquer un passage.


Monsieur Le Comte sera donc tatoué (scarifié?) d'une pierre blanche. Bienvenue à lui.



PhA 09/10/2010 19:28



Merci pour la pierre blanche - elle irait bien à la fin (mais je n'en dis pas plus)



tor-ups 09/10/2010 09:51



Il ne faut pas oublier que Monsieur Le Comte est aussi un thriller : c'était lui ou moi.


 



PhA 09/10/2010 19:26



C'est bien vrai - pas facile d'en sortir indemne.



Depluloin 08/10/2010 23:17



@ Philippe : Pardon, Maître, vous avez vu un peu ce que s'autorise Tor-ups?!! Il a bien changé, je trouve! Ou pas du tout!! :)


(Et je ne vais guère tarder à tripoter Monsieur le Comte! Faisons un marché, voulez-vous, je mettrai mon réveil à 08h00... 08h30!!! Ça ira quand même?:)


 


 



PhA 09/10/2010 19:26



Tripotez, tripotez, il adore ça ! (Vous me faites vraiment écrire n'importe quoi !)



Souricette 08/10/2010 17:17



Tor-ups nous apprend bien des choses... Quant à moi, je l'ai lu a vélo. Ce n'était pas facile. Mais c'est comme les acteurs qui nous donnent envie de fumer au cinéma. Je n'ai pas pu résister à
l'appel de la bicyclette de Monsieur le Comte.



PhA 09/10/2010 19:20



zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


(private joke de Monsieur Le Comte)



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert