Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 18:01

Dans les dictatures, les livres non conformes, on les interdit. Parfois on les brûle. On fait même disparaître leurs auteurs. C’est mal. Le mal a toutefois cet avantage d’éclaircir les horizons, de dégager la visibilité : le bien, c’est combattre ce mal. Les livres, pour avoir une chance d’être lus, doivent procéder d’une stratégie de l’évitement ; c’est le travail de la forme, que la situation conditionne et auquel elle donne un sens. Un sens.

Dans les démocraties marchandes, les livres ne gênent personne. Libre à eux de proliférer. Qu’ils dénoncent, avec tout le talent possible, ladite démocratie marchande, celle-ci les remerciera : la tolérance de la démocratie marchande à l’égard des livres qui la critiquent est sa propre confirmation en tant que démocratie et lesdits livres n’en deviendront qu’une marchandise d’autant plus vendable. Déclarés conformes malgré eux.

On peut aussi avoir l’ambition d’écrire des livres différemment non conformes. Rien ne nous en empêchera. Au contraire, c’est même bien vu. Bien sûr, pour les raisons évoquées hier, ils feront d’assez mauvaises marchandises. On pourrait espérer faire de leur insuccès même un argument contre la société du tout-marchand, mais non. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne.

La démocratie marchande, parce qu’elle est marchande, encourage naturellement la production de livres qui font de bonnes marchandises. Peu importe leur qualité en tant que livres, pourvu que subsiste leur qualité en tant que marchandises. De toutes manières, pour que subsiste leur qualité en tant que marchandises, il faut bien qu’ils aient au moins l’air d’avoir une qualité en tant que livres. Comme pour toute marchandise, l’apparence suffit. On y veille.

Il existe en effet des critères bien établis pour qu’un livre ait l’air d’avoir des qualités en tant que livre. Ces critères sont tellement bien établis qu’on n’est même pas obligé d’avoir conscience en écrivant un tel livre qu’on ne fait que se conformer à ces critères.

A force bien sûr il se peut que le public ait des doutes quant à la qualité de ces livres même en tant que marchandises. Il suffit alors, pour l’éditeur qui en a les moyens, d’augmenter la quantité de livres publiés, ainsi sur cette quantité il s’en trouvera bien pour fonctionner honorablement en tant que marchandises. Il se peut même que, parmi ceux-là, comme la marchandisation du livre n’est pas une science exacte, se glisse un livre a priori non conforme. Par exemple un livre que j’aime. C’est toujours une bonne chose : il vient ainsi confirmer la viabilité du système.

Les autres livres non conformes disparaissent dans la quantité toujours accrue des livres publiés. Le public n’a pas le temps de voir en quoi leur non-conformité était peut-être intéressante. Il n’a même pas le temps de voir qu’ils étaient non conformes. La non-conformité n'est pas forcément spectaculaire. Elle est parfois très discrète. Et peut-être après tout n’étaient-ils pas tellement non conformes, ces livres, on ne le saura jamais.

On ne le saura jamais parce qu’il y a d’autres manières de disparaître pour les livres non conformes que les autodafés ; nous vivons en effet dans une démocratie marchande et non sous une dictature. Des manières plus discrètes qui ne choquent que quelques personnes un peu sentimentales. Par exemple n’exister en librairie qu’à raison d’un exemplaire en rayon pendant trois semaines tandis que le livre bien conforme s’entasse en piles savamment branlantes et bien en évidence. C’est beaucoup moins spectaculaire en effet qu’un autodafé, qui est une espèce de fête. Ça passe même complètement inaperçu, puisque, précisément, il n’y a rien à voir.

Les autodafés ont la capacité d’émouvoir les foules, en souvenir de nos dictatures passées. (On ne manquera pas de profiter de l’occasion pour remercier les dictatures présentes d’exister : elles n’existent que pour nous rappeler notre chance de vivre dans une démocratie marchande et la vanité de nos remises en question.) On devrait peut-être rassembler quelques-uns des livres auxquels on tient le plus, se mettre à plusieurs pour en faire le plus gros tas possible, et les brûler en place publique. Ça aurait peut-être une chance de susciter une émotion. Mais il n’est pas dit que ce serait bien compris, ou bien utile.

autadafe-d-amour.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

thyone 20/02/2013 23:38


Belle analyse, même si le rapprochement est osé. La bonne question est de savoir comment offrir davantage de visibilité aux oeuvres non conformes ?

PhA 22/02/2013 15:49



Très osé, même - tout ça n'est pas à prendre au pied de la lettre - mais quand même. (Et je ne sais pas qui a la réponse à votre question.)



Dominique Hasselmann 20/02/2013 10:12


C'est évidemment tout le paradoxe de la société "de la marchandise" : dénoncée (après Marx, quand même) par feu Guy Debord ou vivant Raoul Vaneigem, ils publièrent leurs oeuvres chez Buchet-Chastel ou chez Gallimard (et la BnF recèle précieusement les manuscrits du premier).


Toute oeuvre non conforme est fatalement et logiquement récupérée par le système (on ne compte plus les esprits non-conformistes entrés, malgré eux sauf un récemment), dans La Pléïade.


Mais le seul moyen d'échapper à la "marchandisation" et aux critères que tu listes, cher Philippe, est de suivre sa voie sans espérer, voire souhaiter "toucher" le plus grand nombre. S'il reste
quelques lecteurs - et si le grain ne meurt - cela doit pouvoir suffire à un certain partage et au maintien d'idées anti-dictatoriales.


La "couleur de l'argent", personne n'y échappe : mais l'esprit peut encore être frappeur, même à dose infinitésimales.

PhA 22/02/2013 15:45



C'est qu'il n'en reste plus tellement (des lecteurs), et que ce système n'est pas fait pour encourager les survivants.



Michèle 19/02/2013 08:32


Peut-on associer ces deux mots : "démocratie" et "marchande"? Je parlerais plus vulgairement de "dictature du pognon". Nos prétendus représentants sont eux-mêmes si impuissants! Mais je fais
injure à ceux qui vivent sous de réelles dictatures politiques...

PhA 22/02/2013 15:42



Allons, allons, pas de gros mots !


(Mais précisément, c'est un effet pervers de la liberté. Cela dit ce n'est pas parce que le fruit est véreux qu'il faut le jeter tout entier.)



AppAs 19/02/2013 00:23


Nous ne pouvons que faire contrepoids, chacun à notre échelle. Un livre, un texte,  lu par un "bon" récepteur peut avoir des effets importants. Trente lecteurs réceptifs, c'est un impact
considérable.

PhA 22/02/2013 15:39



Bien sûr, vous avez raison. Et en même temps non, car très souvent c'est la condamnation à ce que le texte suivant ne puisse pas paraître : logique économique.



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert