Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 11:58

Si je trouve qu’un livre est bon c’est qu’il l’est. Je suis comme ça, moi ; je ne doute de rien. Ça fait partie des certitudes nécessaires à mon confort. Et si un livre a trop de succès ça réveille mes préjugés d’auteur dont les livres en ont moins – encore une histoire de confort, quoi. Alors si un livre a trop de succès et que je le trouve bon c’est qu’il est bon et que je suis d’accord avec la majorité : position inconfortable, j’ai perdu l’habitude.

Le coupable c’est Pennac et son Journal d’un corps. Je l’ai lu, je l’ai aimé, donc il est bon. (C’est moi qui ai dit que j’avais du mal avec la critique littéraire ? Mais non, voyons. D’ailleurs la critique doit être faite un peu partout, cette fois ne comptez pas sur moi.) Mais comment cela peut-il se faire, qu’un livre soit bon et en même temps qu’il ait du succès ? La question mérite d’être posée, en se grattant l’occiput de préférence. La facilité de la lecture, peut-être. Souvent les livres que j’aime et ceux que j’écris ne sont pas très faciles à lire. Encore que. Qu’est-ce qu’on appelle « pas très faciles » ? Et puis il y a aussi des livres que je trouve très bons et qui sont néanmoins très accessibles, parfois très drôles aussi tout en donnant à penser, sans pour autant rencontrer le succès qu’ils méritent. Tiens, ceux de Michel Arrivé, par exemple. Bien sûr, là derrière il y a la puissance de feu de l’éditeur. (Oui : puissance de feu. Il ne fait aucun doute que le livre en tant qu’objet est d’abord un projectile. Le stock, c’est des munitions.) Mais ça n’explique pas tout. Il y a aussi des livres qui paraissent chez Gallimard, puisque là c’est chez Gallimard, et qui se vendent peu ou mal. Notamment des bons.

Dans notre cas, c’est aussi que le nom de l’auteur fait office de marque : Pennac c’est bien. Il a fidélisé son lectorat, comme on dit. Je vais aimer son livre parce que j’ai aimé ses précédents. (Là je ne parle pas pour moi, qui n’en ai pas tant lu, et fonctionne différemment.) Supposer que l’on va aimer le nouveau livre d’un auteur parce que l’on a aimé les précédents, c’est une position (une supposition) légitime. En effet, à qui d’autre mieux qu’à l’auteur qu’on a déjà lu et aimé, à qui d’autre faire confiance ?

Toutefois je ne vois pas vraiment les choses comme ça. Un peu quand même, bien sûr, mais pas seulement comme ça. Moi j’aime bien jouer gros jeu. En tant qu’auteur, et même un peu en tant que lecteur. Pour moi chaque livre est la littérature à lui tout seul. Remettre tout en question.

Et justement, en lisant le Journal d’un corps de Pennac, j’ai l’impression qu’il y a un peu quelque chose de cet ordre. Bien sûr, le lecteur y retrouvera le caractère de l’auteur, et notamment ce regard attentif et chaleureux sur l’enfance qui lui vaut une part de sa cote d’amour – mais surtout il trouvera autre chose. Une vraie réflexion sur le sujet, notamment. Un déplacement du regard traditionnel du romancier : sur le corps, singulier ou commun, en lieu et place des habituelles tribulations de l’âme. Un refus délibéré de raconter les événements d’une vie habituellement répertoriés comme seuls significatifs. Une réflexion sur l’être, aussi, donc. Quelque chose d’assez essentiel, quoi. Mais qui devient quand même une histoire parce que cet auteur-là est aussi un conteur – et sacrément bon à l’oral, on a pu le constater l’autre samedi à l’Esperluète, la librairie de Chartres où Olivier L’Hostis le recevait. Bon à l’oral sans doute parce que venu avec son corps.

http://3.bp.blogspot.com/-qoFIT7-EWKk/T1Tx2MzM-zI/AAAAAAAABUE/qI-qyXt50us/s1600/Journal+d%27un+corps.png

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lza 12/04/2012 10:45


Pas seulement amusée!

Lza 11/04/2012 10:00


Je me suis bien amusée avec"messieurs les enfants!"

PhA 11/04/2012 18:13



Oui, et c'est bien qu'un auteur qui sait en effet amuser se frotte aussi à autre chose.



Françoise 11/04/2012 09:59


ça alors... j'ai des amis qui sont amis et je ne l'avais pas remarqué ! De fait, ça ne m'étonne pas et je m'en réjouis. 

PhA 11/04/2012 18:11



Moi aussi !



Zoë Lucider 10/04/2012 21:25


Je suis d'accord, ce livre est un des meilleurs sinon le. J'avais aimé "Chagrin d'école" et "Comme un roman" (et les Malaussène pour d'autres raisons). Mais celui-là, il est d'une acuité
extraordinaire sur l'observation du corps et de l'être qui le (ou encore qu'il) véhicule. Puissant et émouvant dans sa façon directe et amicale de raconter l'intime. J'ai eu la chance d'écouter
Pennac lire Bartleby, un enchantement. Cet homme est également très sympathique.

PhA 11/04/2012 18:10



C'est vrai, il a une vraie présence chaleureuse - et je pense que le corps n'y est pas pour rien.



Anonyme 10/04/2012 19:42


Je dois être une parfaite imbécile : quand je tombe sur un livre qui m'enthousiasme, je vais voir tout ce qui est signé du même auteur (avec, effrectivement, une forme d'inquiétude et de remise
en jeu à chaque fois). Il s'ensuit, car le temps n'est pas extensible, que se creusent ailleurs des gouffres d'ignorance. Il s'ensuit également que l'enthousiasme n'est pas forcément au
rendez-vous avec les autres lectures. Mais, même dans les situations de déception, est-ce de la perversité, réfléchir à ce qui ne (me) va pas me procure un autre type d'exercice qui ne me déplaît
pas.


Oui, c'est vrai, les commentaires de ce blog sont très agréables à lire. Ne pas être un Monsieur-je-sais-tout, ne rien asséner, est, entre autre, une forme d'élégance.

PhA 11/04/2012 18:08



En même temps, c'est justice de lire l'oeuvre plutôt qu'un livre isolé : le livre prend aussi son sens par rapport à l'oeuvre - quand il y en a une. La lecture est en soi un dilemme.



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert