Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 18:26

Les doigts dans la prose sont une récente et petite (revendiquée telle) maison d’édition qui publie des livres qui ne ressemblent à rien. Ils ne se ressemblent même pas entre eux. Tiens, j’ai fait le test de montrer la couverture du dernier : on a pris le titre pour le nom de l’auteur, le nom de l’auteur pour l’éditeur, l’éditeur pour le titre. Sans blague. En réalité, il s’agit de, je l’affirme – non sans une vague appréhension toutefois : Dachau Arbamafra, de Le Golvan, publié par Les doigts dans la prose.

http://img.over-blog.com/159x240/3/91/90/37/Blog/Dachau-a-plat.png

C’est le récit à la première personne d’un jeune gars né à Thou près de Gien, un prophète forcément sauf que Marie était déjà bien vieille et que les rois mages – « trois jeunes branleurs frappant à la porte postformée du pavillon de chez moi » n’ont demandé l’avis de personne pour engendrer celui qui, vous l’apprendrez à la fin de l’extrait ci-dessous, ne s’appellera pas Jésus :

 

 

Aujourd’hui madame Fleury a bu quatre verres de porto. Le cul de la bouteille appelait une action radicale. La vieille femme s’est laissé porter. Elle parle beaucoup tout en redoutant de ne plus pouvoir se taire, qu’une phrase s’échappe. J’ai senti le petit malaise du jour ensoleillé, la bestiole crevée sous le buffet, qui commence à sentir.

 

– C’est toujours bon ?

– Oui. J’avais faim finalement.

– C’est le vélo. On y revient toujours au vélo. Tu veux que je te montre ?

– Quoi ?

 

Dans sa tête, elle vient d’enfourcher sa bicyclette à elle.

 

– Mon tatouage.

– Un tatouage, vous ?

– Ça fait motarde.

 

Sa bicyclette frotte au démarrage, mais le mouvement reprend de la cadence.

 

– Je te l’ai pourtant raconté, le tatouage.

 

Elle se colle à moi, bloque l’aile gauche de sa hanche, son avant-bras retroussé coupe le flanc droit, parole au centre.

 

– Je faisais partie d’un convoi de femmes. Auschwitz, 1944, numéro sur le bras comme un nom. J’ai dû répondre à ça chaque matin, debout sous le soleil d’octobre qui ne comprenait rien, les pieds pourris, debout dans ma propre merde. Excuse, ça me remonte. A-29.355, c’est moi. J’étais une des dernières. Il a fallu survivre quand même. Survivre trois ans, trois semaines ou une heure, quand tu dois survivre à la trique, à la crosse, à tout ça. A-29.355. C’est le seul baptême dont je me souviens. Ça ne s’oublie pas, de la piqûre sale, des chiffres baveux qui se précisent en séchant, un enchantement sur toi, un mauvais sort. Ça te range par catégorie dans le monde des morts, c’est ton accélérateur ou ton répit pour bouffer un peu plus d’horreur. Encore une bouchée. Encore un appel. A-29.355. Oui, c’est moi. Je suis là. Je n’ai pas crevé dans la nuit sous une autre. J’ai pu me traîner jusqu’ici. J’ai encore des forces et de la santé, c’est scandaleux. Où est la chance ici ? A-29.355. J’ai tout fait pour lui ôter son emprise sur ma vie bâillonnée par la honte de rescapée muette, toutes les hontes, celle des bourreaux, celle des victimes, celle des morts lâchement, celle des renoncements, celle des poètes, celle des mouchards, celle des violeurs, celle des vivants, celle des miraculés, celle de ceux qui n’avaient rien de mieux à faire que de vivre, celle des initiés, celle de nos corps au-delà de la compassion. Je les ai toutes prises, accueillies en moi, comme nous tous, le petit peuple des enfers. On nous a rouvert par mégarde la porte de l’inframonde et on en est sortis bêtement, alors qu’on était sur les listes, qu’on devait bien y être pour quelque chose, une faute. Parce qu’on ne peut pas souffrir pour rien. A-29.355. J’en ai fait mon code secret, mon fétiche. Je l’ai même joué au loto un jour, comme ça, presque pour rire. 29.35.5.3.9.39. J’ai gagné. Je n’ai jamais plus eu besoin de rien. J’ai tellement de reproches en banque, je t’aiderai. C’est le numéro de la chance. Ils ont tous tenté leur chance, chacun avec sa peau, même sans tatouage, Buchenwald, Birkenau, Mauthausen, Treblinka, Moringen, Dachau.

 

– Ah, c’est comme moi.

 

Une lumière éclate dans le salon au passage d’un 38 tonnes dans l’axe du soleil. Pour la première fois, nos deux discours se connectent, nos cerveaux un peu moins.

 

– Qu’est-ce que tu dis ?

– Moi, c’est Dachau. C’est comme ça que je m’appelle.

 

Le Golvan, Dachau Arbamafra, Les doigts dans la prose, 2012.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lza 02/04/2012 09:31


La honte des victimes: ça fait mal au coeur. Non, Madame, vous n'êtes coupable de rien. Ce sont les dociles exécutants qui devraient avoir honte de ne pas avoir osé désobéir.

Anonyme 01/04/2012 23:04


L'extrait me faisait envie. Le livre n'est pas disponible là où, de mon igloo, je me fournis habituellement... Mais je vais faire fondre la glace.

PhA 02/04/2012 18:33



Bravo ! Les icebergs n'ont plus qu'à bien se tenir.



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert