Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 10:41

On n’est pas à une contradiction près. Hier, entre diverses rencontres bien intéressantes, j’ai profité de ce que j’étais en librairie pour ouvrir quelques livres que je ne lirai pas, pour savoir pourquoi je ne les lirai pas. Pour me faire mon opinion, quoi. La mienne à moi. Il y en avait un qui commençait comme ça :

 

« J’allais naître. Pour moi, l’enjeu était de taille. Si c’était à refaire, je naîtrais beaucoup moins – on naît toujours trop.

– Il surnaît ! s’était indigné mon père à ma sortie des viscères maternels.

On devrait arriver en silence, faire son entrée sur la pointe des pieds. Se faire oublier d’avance. On n’est jamais  si  prétentieux qu’en naissant. Il n’y a pourtant pas de quoi […] »

 

Et puis là, je me suis arrêté, mon opinion faite. Pour ce qu’elle vaut, comme je disais avant-hier, je ne vais pas lui consacrer plus de temps.

Que s’est-il passé dans mon esprit pendant que je lisais ces lignes ? Bien sûr, dès le départ, j’avais un a priori très négatif sur l’auteur ; sans évidemment l’avoir lu car le meilleur moyen d’avoir des a priori est encore de ne pas lire. Je crois quand même que j’étais tombé il y a longtemps sur une critique de la Littérature sans estomac de Pierre Jourde, ah oui ça doit faire plus de dix ans, je crois bien que c’était dans Elle ; c’était très « C’est toi qui l’as dit c’est toi qui l’es ». Une certaine fraîcheur, quoi. Rafraîchi en effet, j’oublie l’auteur et voilà qu’il y a quelques semaines, je n’étais pas couché et allumant la télé je tombe sur lui qui parlait de son dernier roman. Il avait l’air heureux comme s’il avait inventé la littérature, alors qu’en réalité c’est moi. (Je résume pour faire plus simple, hein.) Du coup hier, soucieux de laisser quand même une chance à cet auteur mal informé mais sans doute sincère, j’entreprends de lire ses premières lignes. (En général, les premières lignes, on les soigne. Ça n’est pas une règle absolue, bien sûr – mais ça l’est quand on vise un prix d’automne.)

Je lis donc la première phrase. Ça va, elle est courte. Et puis, je me dis, pourquoi pas. Je lis la deuxième, qui enfonce un peu le clou, certes ; mais jusque là honnêtement, il n’y a rien d’irrémédiable. Honnêtement, je pourrais lire un livre qui commence par ces deux phrases. Bien sûr l’épaisseur de celui-ci n’est pas un argument très favorable, mais enfin. Il y a des avis très élogieux, sur ce livre. Cherchez, vous trouverez. A en lire certains, il s’agit ni plus ni moins que d’un miracle.

Je lis donc la troisième phrase (« Si c’était… »). Là, malaise. Je suis gêné pour lui. Il fait de l’esprit. Il essaie. Je suis tellement gêné que ça me le rend sympathique, d’un coup. Je n’ai plus aucun a priori. Je lui prendrais bien la main, gentiment, pour lui faire comprendre, avec délicatesse, que cette phrase n’est peut-être pas nécessaire. Pourquoi tant de tendresse ? C’est que, je m’en rends compte d’un coup, c’est tout à fait le genre de celles qui émaillaient mes propres romans, quand j’avais quinze ou seize ans, cet âge où en effet on ne doute de rien.

Cela dit ce n’est jamais qu’une phrase. Des repentirs sur une phrase, quel écrivain n’en a pas. Lisons la suivante. Oh ! un néologisme. J’aime bien les néologismes. Bien sûr il faut que ce soit bien trouvé. « Il surnaît. » J’ai des doutes. Mais bon, ce n’est pas de sa faute : c’est le père du narrateur qui parle. Et puis comme ça l’auteur est en train de nous construire un champ lexical de l’excès, on avait déjà « de taille », « beaucoup » et « trop », c’est l’occasion de nous le faire comprendre au cas où la chose nous aurait échappé : comme on le chantait jadis de Stéphane Collaro, ce mec est trop. C’est pourquoi aussi son bouquin est trop gros : tout se tient.

Mais je vais quand même lui laisser encore une chance : après tout il sait accorder « viscères ». Allez, encore une ligne, une autre, une autre encore… Bon. Ça ira comme ça. Je me suis fait mon opinion à moi qu’elle m’est propre.

http://2.bp.blogspot.com/-9eC1NJjQy90/TchWxksRI-I/AAAAAAAAABQ/43DFTakGl1Y/s320/giant_baby.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pradoc 04/10/2013 15:35


...Il ne m'est laissé d'autre pouvoir discrétionnaire que de fermer le livre, ce dont je ne me fais pas faute aux environs de la première page.



André Breton

PhA 04/10/2013 18:22



On va se gêner, tiens !



le boldu 04/10/2013 13:13


J.
Ça me rappelle justement les analyses sans complaisance de La littérature sans estomac (lorsque Pierre Jourde décomposait le style d’intro-type de Beigbeder, alternant une phrase cool-pas prise
de tête, suivie d’une grande généralité ronflante sur la société (histoire de faire le malin). Preuve que de nos jours, on écrit toujours comme ça… Ce monsieur a des excuses, remarquez : il a des
années de journalisme derrière lui. 

PhA 04/10/2013 18:19



La littérature à oublier fonctionne toujours avec des trucs, mais ils sont plus ou moins visibles. Dans ce cas-ci, il faut être sous hypnose pour ne pas les voir. J'ai feuilleté aussi le dernier
roman de Haenel avec cette impression que tout était pensé pour que ça ressemble à de la littérature. C'est plus subtil car d'emblée c'est très lisible et ça a l'air d'avoir quelque chose à dire
; pourtant je n'arrive pas à y croire, il y a quelque chose qui sonne faux. Mais là pour le coup il faudrait vraiment le lire, ou en lire une bonne partie pour le dire. C'est mieux "fait", quoi
(ce qui n'est pas du tout un compliment).



Michèle 04/10/2013 10:52


C'est tout de même bizarre : immédiatement on reconnaît le géniteur de ces premières lignes pour l'avoir un peu vu et entendu en interview.....

PhA 04/10/2013 18:09



Vraiment ? Vous trouvez ?



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert