Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 16:44

Ouf ! Je suis un auteur exclusivement du XXIe siècle – mais à quelques mois près seulement, je l’ai échappé belle. En effet mon Affaire de regard, indisponible depuis quelque temps déjà mais parue en août 2001 n’est pas (encore) concernée par le projet ReLire  (Registre des Livres Indisponibles en Réédition Électronique), et je m’en félicite.

Voici le topo :

 

http://relire.bnf.fr/images/logo_relire.png « ReLIRE vous donne accès à une première liste de 60000 livres indisponibles du XXe siècle : des livres sous droits d’auteur, publiés en France avant le 1er janvier 2001, et qui ne sont plus commercialisés.

Si les titulaires de droits ne s’y opposent pas, ces livres entreront en gestion collective en septembre 2013. Ils pourront alors être remis en vente sous forme numérique. »

 

Vu comme ça, du point de vue du lecteur (« vous »), ça a l’air plutôt pas mal. On se dit que chouette, on va pouvoir avoir accès à quelques introuvables.

Mais comme je ne suis pas que lecteur, je dois dire que le deuxième paragraphe me chatouille désagréablement. « Si les titulaires de droits ne s’y opposent pas ». Si je comprends bien, c’est à l’auteur (ou à l’ayant droit) de se manifester, sinon, on fait ce qu’on veut de son œuvre sans lui demander son avis. C’est bien ça ? Non, j’ai dû mal comprendre. Attendez, je clique sur « Vous êtes auteur », on va sûrement me rassurer.

 

« Que faire si l’un de vos livres, publié au XXe siècle, se trouve dans cette liste ?

Si vous souhaitez que vos livres entrent en gestion collective, vous n’avez aucune démarche à accomplir. En ne vous opposant pas, vous acceptez qu’une société de gestion collective exerce en votre nom les droits numériques sur le livre : elle pourra accorder des autorisations d’exploitation numérique du livre et vous versera une rémunération si le livre est exploité.

Vous pouvez remplir un formulaire en ligne sur le site dédié de la société de gestion collective pour vous faire connaître.

Si vous ne souhaitez pas que vos livres entrent en gestion collective, vous pouvez vous y opposer selon les modalités précisées ci-dessous. »

 

Ah non, on ne me rassure pas. On me prévient juste que si je ne fais rien, mon livre va être de nouveau publié, par je ne sais qui, je ne sais comment, selon les termes d’un contrat que je n’ai pas signé.

Je n’ai pas à me plaindre, remarquez : j’ai le droit de ne pas être d’accord – mais juste pendant six mois ; après, c’est trop tard. Sauf que bien entendu l’information passant comme elle passe, il y a fort à parier qu’elle échappera à bien des auteurs et encore plus d’ayant droit.

Non, si je n’ai pas à me plaindre, c’est parce qu’Une affaire de regard a été publié en 2001. Mais je me sens très concerné quand même, parce que la question de son éventuelle réédition me titille. Quand le livre a été épuisé, je trouvais que ce n’était pas plus mal au fond que le Seuil renonce à ses droits, malgré le relatif succès (au moins critique) que le livre avait connu. J’avais quelques réserves sur le texte et sur les conditions de son écriture – sur d’ailleurs lesquelles j’aimerais revenir un jour. Et puis trois lecteurs auxquels je fais confiance m’ont assuré que mes réserves étaient excessives, voire infondées. Allez, foin de la discrétion, je les nomme dans l’espoir fou de leur attirer quelques lecteurs de plus ; deux d’entre eux sont de sacrés beaux écrivains : Gabriel Bergounioux et Didier da Silva – quant au troisième, c’est Quidam. Et c’est chez Quidam bien sûr que le livre serait déjà ressorti en poche, un rien corrigé, si les soucis que l’on sait n’avaient retardé ce projet.

Bref, j’entends faire ce que je veux de mes textes. Je veux choisir mes éditeurs, comme eux-mêmes me choisissent. Relire, d’accord. Mais pas sans l’accord de l’auteur, merci.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michèle 29/03/2013 16:27


Choquée moi aussi, je me demande si, au-delà d'un mouvement collectif de proterstation, il n'y aurait pas la possibilité d'un recours devant un tribunal administratif. Très désagréable à
envisager mais la disposition n'est pas légale.

PhA 29/03/2013 18:32



Si vraiment il le faut...



Ambre 29/03/2013 12:36


Je suis très sceptique sur cette nouvelle possibilté de "Re-LECTURE" par le biais que vous indiquez (mise en ligne) mais bon, c'est un débat que je laisse aux soins des écrivains. Ce que j'aie lu
sur les liens que vous avez indiqués (F. Bon, Médiapart) sont assez explicites sur la légèreté, voire la désinvolture  avec laquelle sont traités ces écrivains concernés par le projet.

PhA 29/03/2013 13:47



Ce n'est pas la mise en ligne que je critique, je ne suis absolument pas opposé à l'édition numérique et si j'étais un peu moins maladroit avec les appareils il est assez probable que ça me
passionnerait. C'est le procédé qui est déplorable, ne pas prendre la peine de consulter les auteurs mais attendre que ce soient eux qui se manifestent pour s'opposer.



Capys 29/03/2013 12:13


C’est amusant : c’est soit sortir de l’oubli et réclamer des dus comme un réveil de bois-dormant, soit rester dans l’oubli et l’inaccessibilité, et ne rien gagner car on reste dans
l’invisibilité. Étant auteur moi-même, je ne gagne rien de mes œuvres, car personne de RICHE n’en veut. Sur l’internet, je suis pillé et pauvre.... mais lu !


De plus je suis vraiment partisan de baisser cette durée d’héritage à 18 ans après la mort de l’auteur (et non pas 70 !!! quel délire !), pour que ses enfants puissent profiter de son travail ;
mais pas plus, car le jeune adulte doit savoir se débrouiller dans la vie. Mort, un auteur doit entrer dans la gracieusité de l’humanité... dont il est issu.


Pour finir, on sait bien que lorsqu’on est pas édité, c’est qu’il n’y a rien à gagner, alors pourquoi lorsqu’on vous RÉ-édite, réclamez-vous des "droits" ??? Préféreriez-vous rester avec les
souris, les araignées et les mites ? Alors, je préfère ne rien acheter de vous, car vous ne devez pas valoir grand-chose, avec tant de petitesse d’esprit, sauf votre honneur, bien sûr ! Heureux
que vous ayez correspond à l’état d’esprit d’une époque, vous pleurez maintenant car on fait de vous de l’Histoire : que ne pas se contenter de tant semble étrange : soyons généreux, que diable,
face au réveil de l’oubli !

PhA 29/03/2013 13:43



Gagner de l'argent, c'est le cadet de mes soucis ; sinon je ferais autre chose. Je n'ai juste pas envie qu'on réédite n'importe quoi n'importe comment sans me consulter comme si j'étais mort. (Le
reste de votre commentaire se passe de commentaire.)


PS : Je vois à l'instant que votre commentaire n'est qu'un copié-collé d'un autre chez François Bon. Je suis bien bête de répondre à du spam.



Ambre 28/03/2013 19:12


Euh! j'ai bien aimé aussi Une Affaire de regard... avec mes
mots primaires mais bon... je ne suis pas écrivain (hum!). 


 


 

PhA 29/03/2013 13:36



Merci Ambre, je suis à présent à peu près convaincu qu'il mériterait en effet une réédition - mais je préfère qu'on ne décide pas à ma place.



PhA 27/03/2013 19:08


Et je n'avais pas vu ces réactions sur Tiers Livre et Médiapart.

 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert