Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 15:19

 

http://www.oceansbridge.com/paintings/artists/special/Gainsborough-blue-boy.jpgLa lettre disait des choses graves, parfois poignantes, souvent assez amusantes. « La fatigue d’ordinaire défigure mais il arrive, beaucoup plus rarement, qu’elle rende beau ; dans ce cas, la rareté du phénomène rend la beauté extraordinairement belle. C’est cette beauté-là que je recherche, même quand je dessine un chien. » Ou aussi : « Je peins des insectes, je les peins petits, je les peins morts. Non pas parce parce qu’ils sont ainsi dans la réalité, je ne suis pas réaliste. Dans la réalité, d’ailleurs, les insectes sont toujours vivants, énormes, il n’en existe pas de moins d’un mètre soixante. Je dois tricher, je le regrette parfois, mais l’art est à ce prix, Dieu m’en excusera. » Ou encore : « Les âmes sont presque toujours bleues, c’est ce qui est si difficile à rendre, surtout quand on peint avec les mains »… Cette dernière précision enchantait Gilles : peindre des âmes, avec les mains !

La lettre était bien pour lui, cette fois, quoique impersonnelle dans sa formulation, et qui n’était pas de papier : un simple message électronique (il avait donné son adresse à. la femme rousse, elle s’appelait Frances). Il y avait en pièce jointe un dessin, le profil d’un jeune garçon blond à l’œil borgne, dont la chevelure longue se transformait en une sorte de cortège animal, de plus en plus inquiétant et noir, à mesure que du crâne se déployaient des singes d’abord accroupis, des serpents déroulés, des rats s’étirant comme des écureuils et des cafards aux gigantesques antennes télescopiques, elles-mêmes vouées à devenir les cous d’autres bêtes inconnues… Tout cela est assez sinistre, pensa Gilles, qui pourtant avait envie de rire. Frances avait signé le dessin de ses seules initiales, F. G., selon son habitude, ainsi que le constaterait Gilles en découvrant d’autres de ses œuvres, car ils auraient un début de correspondance, se reverraient bientôt, iraient ensemble au cinéma, à Brooklyn, et parleraient en sortant de la salle trop climatisée des films qu’ils n’aimaient pas, nombreux; il aurait son costume excessif de lin blanc, et elle une robe bleu sombre et simple, à manches minuscules, en coton fin qui imitait la soie, ou même le satin, et une casquette dont il n’oserait pas dire qu’il la trouvait vraiment superflue. Un jour, vite, ils se toucheraient les cheveux, cela n’irait pas très loin, tout de même assez pour que la nuit raccourcisse encore un peu (elle était brève déjà, c’était juin).

 

Fabrice Gabriel, Norfolk, Seuil, Fiction & Cie, 2010, p. 150 à 152.

 

 

Le bleu des âmes et de la robe de Frances en « coton fin qui imitait la soie, ou même le satin » est aussi celui du Blue Boy de Gainsborough qui représente plus qu’il n’est l’objet de la quête de Gilles, ce héros-pierrot lunaire qui prête sa douceur au récit. Un peu plus à l’ouest que Fuir les forêts, comme dirait Hergé (souvent convoqué par l’auteur), obéissant aussi à des règles secrètes, (sept lettres, sept figures, sept sens, sept chapitres à moins que ce ne soit quarante-neuf…) c’est la poursuite d’une quête westward (cette fois l’Atlantique est franchi) déjà entamée dans Fuir les forêt et peut-être aboutie. Abouti le roman l’est, à mes yeux de lecteur en tout cas ; Fuir les forêts m’avait laissé une petite faim qui était déjà un appétit ; Norfolk, qui n’en est pas vraiment la « suite » mais plutôt l’expansion, l’a comblée.

On peut écouter Fabrice Gabriel sur Mediapart, et sur France Culture, au micro d'Alain Veinstein.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

thoams 06/09/2010 09:07



cet extrait ouvre l'appétit de mes yeux



PhA 06/09/2010 10:15



C'est qu'il y a à voir et à manger. (C'est un très beau roman.)



L'employée aux écritures 05/09/2010 17:42



J'ai entendu Fabrice Gabriel tout récemment chez Veinstein, on peut donc l'écouter ici aussi : http://www.franceculture.com/emission-du-jour-au-lendemain-fabrice-gabriel-2010-09-03.html


et ils ont beaucoup parlé du Gilles de Watteau (que j'aime)



PhA 05/09/2010 18:14



Ah, j'ai raté ça. Merci Martine, je vais le rajouter dans le billet.



Dominique Hasselmann 05/09/2010 09:51



Gainsbourg était charmant quand il était jeune... J'ai toujours cru que les âmes étaient grises, mais Claudel est, dit-on, un pilier de
sacristie.



PhA 05/09/2010 16:18



Vive les homonymes !



Moons 04/09/2010 22:12



C'est amusant, quand j'ai lu Gilles, j'ai pensé à Watteau. Mais son âme était blanche...



PhA 05/09/2010 00:31



Mais vous avez lu bien lu : dans le choix du prénom du protagoniste, la référence à Watteau est claire.



Gilbert Pinna 04/09/2010 20:28



Admettre peut-être ce fait : l'âme est contagieuse et contamine les corps, les cous, les épaules, les mains, et c'est elle encore qui froisse les tissus.



PhA 05/09/2010 00:29



De quelle étoffe habiller l'âme ?



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert