Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 10:48

A propos de la représentation de la littérature, donc (puisqu’au au fond c’est le premier sujet de ce blog). Vite fait mais quand même. Crise pour la contemporaine. Pas crise de la littérature contemporaine, hein ; crise de sa représentation. Comment en serait-il autrement, quand les critiques laudatives d’un roman (parce qu’un livre, quand c’est de la littérature, c’est un roman) limitent ses critères à la composition (le plan, quoi), l’écriture (en plus, ce livre, il est bien écrit ! (oui, l’écriture, ou le style, c’est un truc en plus, une sorte de cerise sur le gâteau – ce livre en plus il est bien écrit et la Joconde elle est bien peinte)), la psychologie des personnages (qui naturellement échappent à l’auteur pour vivre leur vie sur le papier), et bien sûr l’inscription dans le monde, l’époque, appelez ça comme vous voulez ? Je grossis un peu, mais dans l’ensemble, la critique, c’est souvent, trop souvent ça : une liste plus ou moins longue de critères auxquels le livre est sommé de se conformer. S’il est conforme, c’est bien. On peut tamponner : conforme. Le fait est que le livre conforme est doté d’une qualité indiscutable : il est vendable. Enfin, il n’est pas très vendable non plus, c’est quand même un livre, on n’est pas fou ; mais il est indiscutablement plus vendable que le livre non conforme.

Outre l’aspect strictement commercial de la chose (qui compte pas mal, quand même), il y a d’autres explications à la persistance de ces grilles de lecture dont je secoue en vain les barreaux. D’abord la paresse. (J’ai dit pas dit la presse, hein ; la pAresse.) Il est beaucoup plus facile de vérifier la conformité d’un livre à des critères préexistants que d’aller chercher si par hasard ce livre-là ne serait pas en train d’inventer ses propres critères, pour lesquels le commentateur devrait faire l’effort de trouver des mots de critique qui n’existent pas encore. (Figurez-vous que certains commentateurs le font quand même parfois, les fous.)

Et puis l’école – comme explication à la persistance de ces grilles de lecture. C’est forcément la faute à l’école. L’école nous a montré ce que c’est qu’un bon livre, elle nous en a présenté une liste – pas très longue, d’ailleurs ; c’étaient souvent les mêmes qui revenaient. Et comme on travaillait bien à l’école, on s’en souvient. La psychologie des personnages, l’inscription dans l’époque, la composition, tout ça, c’est des trucs qu’on a appris à l’école, avec les profs de français.

Mais le prof de français, il vous dit attention. Il y a un temps pour l’école, et un temps pour après. A l’école, on est là pour apprendre, pour être formé. Ça ne veut pas dire qu’il ne faudra pas, quand vous en serez sortis, remettre en question tout ce que vous y avez appris. Les livres qu’on vous a fait lire, bien sûr qu’on les a choisis parce qu’ils étaient plutôt bien, mais aussi parce qu’ils étaient bien pour faire un cours dessus. Quand on vous faisait lire Flaubert souvent c’était le bide alors on vous faisait lire Zola (mais maintenant, réessayez donc plutôt Flaubert). Et non, la Peste, c’est pas vraiment un des grands livres du XXe siècle – mais pédagogiquement parlant, il y avait de quoi faire. Enfin bref, l’école, si on y va, c’est pour en sortir. Pensez à changer les mines de vos critériums. (Quand je vois qu’il y a encore des gens, et même des écrivains, qui parlent des « auteurs du Nouveau Roman », ânonnant leurs souvenirs de lycée comme si ça avait encore vraiment un sens, comme s’il y avait vraiment quelque chose en commun, profondément, entre les auteurs qu’on a étiquetés comme ça, au-delà de l’époque, de l’éditeur et, tiens, d’un renouvellement des formes – des critères, donc – renouvellement singulier pour chacun, et plus ou moins abouti aussi sans doute.) Voilà, je vous laisse : c’est la récré – la récréation, profitez-en.

 


 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thyone 20/02/2013 23:28


Tout cela est vrai . Mais la littérature va déjà très mal. Alors , casser les codes pour amener queqlues aventuriers vers des nouvelles formes de littérature semble utopique. Non ? 

PhA 22/02/2013 15:52



S'il n'y a pas de nouvelles formes (au sens large - pour moi histoire, contexte social, le monde enfin ; tout cela relève de la forme), il n'y a plus tellement de littérature non plus.



Michèle 17/02/2013 12:04


Merci pour Joséphine et sa chanson. Vous décrivez exactement ce que je ressens : mon père était enseignant, il fut "mon" enseignant, tout le temps, à l'école et à la maison. J'ai appris, sous sa
férule (c'était l'époque), l'orthographe, la syntaxe, la composition (ce foutu plan qui ne me venait qu'après!), l'analyse des textes, etc...,.... D'autres professeurs ont pris le relais. Et je
vous jure que le plus difficile est de me débarrasser de cette peau-là... C'est une mue sans fin...

 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert