Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 15:10

Samedi de 17 à 18 heures je serai donc au Salon du Livre de la Porte de Versailles, sur le stand de Quidam, en D80, pour la signature de Rien (qu’une affaire de regard), la réédition corrigée de mon premier roman dont Daniel Martin écrivait dans la Montagne lors de sa parution en 2001, ça fait toujours plaisir à relire :

 

Un premier roman qui a toutes les qualités d'un grand.

 

« Il regarde la vie avec satisfaction, sa réussite scolaire, sa réussite lit­téraire imminente, ses amis ». Tout va bien pour Herbert Kahn, un jeune provincial qui vit à Paris. Il fréquente la fac juste as­sez pour rassurer ses parents, qui l’entretiennent, mais consacre l’essentiel de son temps à d'autres activités : sur une vieille Reming­ton, comme au ciné, il tape son œuvre, à deux doigts, et rêve « d’éditions prestigieuses, de prix littéraires, d’honneurs refusés pour préserver son indépendance, sa liberté d’esprit ». Un roman en cours, sa première pièce déjà en répétition sous sa direction, tout lui donne raison…

Herbert Kahn s’invente et s’ad­mire. Passe de sa table au théâtre, puis au café, pour qu’on le voie, qu’on l’entende, juste ce qu’il faut de temps perdu avant de retourner à son labeur solitaire et taper toute la nuit, content de lui, « il se relit et c’est encore mieux, bien sûr, l’effort est fait ; il jouit du plaisir de l’accompli »…

Et des femmes en jouit-il aussi ? De toutes celles que son talent, sa jeunesse lui apportent ? Point ! Pour tout dire « il n’en touche jamais aucune ». Et quand il finit par céder, c’est pas brillant ! Le début d’un anti-catalogue où vont figurer les noms de conquêtes déçues, ratées ; dépitées par son manque d’ardeur, de vigueur. Lui s’en moque un peu. Après tout, ces femmes qu’on voit en sa compa­gnie n’ont pas à se plaindre, elles entrent dans sa légende, à défaut d’entrer dans sa vie. Plus tard elles seront heureuses de relater ces moments partagés et tairont leur frustration…

« C’est vrai que… »

Sûr de lui et ridicule, pitoyable et attendrissant, Herbert Kahn dans sa bulle a tout pour agacer, irriter, dérouter. Il est à contre-courant de tout ce qui existe au­jourd’hui en littérature où les jeunes héros se repaissent de came et de fesse le temps de mener une intrigue, puis disparaissent. Pas lui. Parce que Philippe Annocque sait le peindre avec hu­mour, avec tendresse jusqu’à nous convaincre de son talent, pour le ramener à plus de réa­lité. On passe alors lentement de la comédie au drame. Du rire aux premières blessures. Ce qui donne au roman cette courbe élégante, cette plénitude qui fait les beaux souvenirs d’un lecteur.…

Au passage on admirera de quelle manière habile Philippe An­nocque travaille sa prose et laisse, par exemple, transpirer les doutes de son personnage en redonnant son vrai sens à une expression galvaudée par l’usage : « C’est vrai que… » répète toujours Herbert. Pour se prouver que la réalité existe de l’autre côté de ses rêves, qu’il faudra bien un jour aller s’y frotter. Peur ?

Article-de-Daniel-Martin--pour-la-Montagne.JPG

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michèle 01/04/2014 11:04


J'ai terminé ma lecture de ce "rien" qui n'est tout de même pas rien. Difficile d'ajouter quoi que ce soit à l'article ci-dessus.


En tant que simple lectrice, je n'ai pas procédé à un face-à-face pour repérer les changements que vous-même dites minimes. J'ai retrouvé l'écriture déstabilisante dont je me souvenais et qui
fait que rien n'est jamais ci ou ça et que la pensée y apparaît comme une pâte à modeler. Mais, curieusement, sans doute à cause des deux ans qui se sont écoulés entre les deux lectures et
pendant lesquels j'ai lu un certain nombre de livres, j'avais un peu oublié les personnages eux-mêmes ou les péripéties si bien que c'est un nouveau livre que j'ai lu avec beaucoup beaucoup de
plaisir et dont j'ai apprécié une nouvelle fois tout l'humour.

PhA 03/04/2014 16:59



Même à moi il m'arrive d'oublier certains détails que je redécouvre à la relecture.



Michèle 22/03/2014 22:30


Je suis dedans. Je le lis tranquillement sans chercher à comparer avec "Une affaire de regard". Je verrai après. Pour l'instant, c'est le même plaisir de lecture.

PhA 23/03/2014 15:36



C'est quand même le même livre. A travers mes corrections j'ai essayé de retrouver ce que j'aurais voulu écrire à l'époque si on m'avait pointé les défauts.



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert