Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 15:37

LE WHISKEY ET LA BANANE DE SAM

 

une méditation po-épique

 

de Federman (toujours avec nous) :

 

Ah les femmes !

qu’est-ce qu’on ferait sans elles… ?

se disait Sam un soir

quand le boulot ne marchait pas

et que sa femme lui avait dit :

Sam arrête de nous emmerder

avec ton writer’s block

débloque y en a marre !

et va nous écrire

un petit truc chouette

tu sais genre illisible

comme tu sais si bien faire !

 

Alors quand sa femme

est sortie de son bureau

pour aller faire ce qu’elle fait

quand Sam bosse ou prétend bosser…

 

Ce que la gentille femme

de Sam fait ou ne fait pas

quand Sam bosse

ça on le saura jamais,

c’est ses oignons à elle…

 

Sam a fait un petit hochement de tête

et a même ébauché un sourire

ce qui pour lui est déjà un gros effort

et il s’est dit à lui-même à voix basse

en hochant la tête encore une fois

 

Qu’est-ce qu’on ferait sans les femmes… ?

Puis il a pris un morceau de papelard

il a taillé son crayon préféré

et il a écrit en toutes petites lettres illisibles :

que ferions nous sans les femmes

comme ça sans ponctuation

 

Il hésita un moment et puis

il mit le - qui manquait

entre ferions et nous

ensuite les trois petits… à la fin

et après le point d’ ?

 

Comme ça

 

que ferions-nous sans les femmes… ?

Comme ça

 

Épuisé de cet effort de création,

Sam posa la tête sur le papier

et s’endormit doucement

lentement… calmement

mais non pas avant d’avoir

sorti du tiroir de son bureau

une bouteille de Irish whiskey

et de s’en être tapé trois bons

glou-glou-glou au goulot

avant de glisser lentement

dans le grand trou du sommeil…

 

Quand il s’est réveillé

d’un seul coup

comme si effrayé

par un cauchemar

il était minuit

et tout était noir

autour de lui…

 

Pendant quelques moments

il fixa le noir de ses yeux vaseux

avant d’allumer pour pouvoir

rire la suite de cette phrase…

...... cette phrase en suspens…

qu’il fallait maintenant finir

en la rendant symétrique

avec une réponse…

 

Cette phrase qui dira tout

en semblant ne rien dire

tout en se moquant

avec une nuance ironique

de sa propre présomption…

 

Donc quand Sam releva la tête

et trouva sous ses veux vaseux

les mots qu’il avait écrits

avant de s’endormir :

que ferions-nous sans les femmes… ?

 

exactement comme ça

 

Il se jeta sur son crayon,

qui était toujours sur le papier

et il laissa ses doigts écrire

le reste de la phrase

la réponse quoi

de la même écriture illisible :

nous explorerions d’autres plis !

 

Mais cette fois-ci

il ne mit pas trois

petits… à la fin

il mit un point d’ !

 

(…)

 

Ça ne s’arrête pas là. La suite est dans Coups de pompes, publiés par Le Mot et le Reste en 2007.

 

Le 22 décembre 1989, une femme a pensé à me passer un coup de fil. Le 6 octobre dernier, une autre a pensé à m’envoyer un petit mail. Et sans une autre, la seule, je n’aurais jamais eu la chance (ou plutôt le cran) d’être lu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Depluloin 24/10/2009 21:17


Oui, et la photo de Federman tâtant son biceps, on peut dire autrement, est fort bien placée!!


PhA 24/10/2009 19:40


"Et j'imagine qu'être lu par Beckett doit être une expérience qui n'est pas à la portée de tout le monde..."
J'aime l'idée que c'est la lecture de Federman qui fait rire aux larmes Beckett, d'où l'alternance des photos - puisqu'en effet, Beckett a lu Federman. Cela dit, Federman dit lui-même en taquinerie
ci-dessus que pour Beckett, sourire était déjà un gros effort. Les photos, bien sûr, nous parlent autant de leurs auteurs que de leurs sujets.


Depluloin 24/10/2009 19:14



Que ferions-nous sans les femmes? "Pareil", je me demande si ça n'aurait pas éré la réponse du grrand Sam - mieux dite évidemment. Enfin, face à deux spécialistes...

Et grand merci pour cette photo souriante de Beckett. J'aimerais trouver cette série peu connue où il est tout sourire, éclatant de rires. C'est à se demander si'il n'y a pas eu de la part
des uns et des autres (Minuit?) le sésir d'imposer cette image d'un Beckett grave, fermé, sévère, l'image de l'écrivain tragique, nihiliste, désespéré, cette image dont on sait qu'elle n'est pas
juste, qu'elle ne rend pas justice.

Et j'imagine qu'être lu par Beckett doit être une expérience qui n'est pas à la portée de tout le monde...





PhA 24/10/2009 18:11


Merci Christophe. Et même avant la mémoire, je crois que nous n'avons pas fini de découvrir Federman - comme d'ailleurs de découvrir Beckett.


Chr.Borhen 24/10/2009 16:53


Je pense que vous seriez bien inspiré, cher Philippe, de rebaptiser votre blog... Voici ma proposition : Tous ensemble, luttons contre la mémoire courte !
(Merci pour ce billet qui fait du bien par où ça passe.)


 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert