Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 07:59

 

manuscrits.jpgVoyez-vous, me dit-il, malgré les bons aspects de votre roman, nous le trouvons…

 

Ce nous m’a tout de suite intéressé car cette fois-ci il était évident que ce petit singe de Gaston faisait que répéter ce que la connasse de directrice lui avait soufflé à l’oreille au sujet de mon roman, ah la pouffiasse, tu te rends compte, et elle était si charmante avec moi au déjeuner chez Laplume, elle me faisait des sourires si mignons, m’écoutait si bien, se frottait même la cuisse contre la mienne, quelle hypocrisie, et puis voilà elle lit mon roman, ça la choque, ça la dégoûte, et immédiatement mes nouilles à la poubelle, attends que je lui tombe dessus un de ces jours, que je la rencontre par hasard dans la rue, cette salope de Directrice, c’est pas mon zob au cul qu’elle aura, c’est mon pied…

 

Pendant que je règle mes comptes mentalement avec madame la Directrice, Gaston continue ses conneries éditorialistes…

 

Eh bien, votre roman, voyez-vous, nous le trouvons trop postmoderne pour nous, nous pensons que nos lecteurs n’arriveront pas à suivre tous les détours typiquement postmodernes dans lesquels vous vous lancez, ceci ne veut pas dire que votre travail n’est pas bon, mais il est trop compliqué, trop cérébral si vous voulez pour nos lecteurs, ainsi il a peu de valeur commerciale, c’est là le grand problème du roman postmoderne, il n’est pas du tout accessible au grand public, et les lecteurs qui lisent pour se divertir n’y comprennent rien…

 

Je dis toujours rien, je le laisse aller au bout de son pitoyable topo de marchand de livres, je le laisse expirer avant de lui sortir mon gros morceau… (…)

 

Voyez-vous, m’explique-t-il maintenant en toussotant un peu, c’est le refus de votre part de laisser l’histoire se raconter qui empêche votre livre d’être ce qu’il devrait en fait être, un Bildungsroman…

 

Hahaha, t’as entendu ça, c’est pas croyable, Gaston maintenant qui veut m’impressionner avec son Bildungsroman, je l’arrête prompto, je me lève encore une fois, je me penche vers lui en m’appuyant sur son bureau avec les deux mains, mon grand nez touchant presque le sien, et je lui dis en lui crachant un peu au visage, En somme si je comprends bien, toi et ta bourrique de Directrice vous trouvez mon roman un peu trop intelligent, d’après vous il faut écrire des choses bêtes, des choses connes pour plaire au grand public, il faut leur raconter les mêmes petites histoires qu’ils connaissent déjà, ou alors ils comprennent rien, mais ils comprennent  rien parce que c’est dans le rien que les grandes histoires se passent, c’est dans le rien que se trouve la vérité, au fond des mots, dans le point de fuite où s’engouffrent les détails (…).

 

Raymond  Federman, La Fourrure de ma tante Rachel, Al dante 2003, LaureLi Léo Scheer 2009, p. 248 à 251.

 

 

On a beau se dire que bien sûr ça n’a pas dû se passer vraiment comme ça (vraiment qu’est-ce que ça veut dire ?), ça ressemble sacrément à des choses qu’on a soi-même déjà entendues – et au fond, il vaut mieux entendre ça que rien du tout. Quoique. A voir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aléna 19/08/2010 12:57



Oui, faire ce qu'on croit juste, certainement est-ce là la seule tenue esthétique qui soit. Justesse. :) Et, bien sûr qu'il faut faire confiance en l'esprit du lecteur... et ce "rien" à
comprendre, je l'entends aussi...


Pardonnez mon ton un peu brutal qui n'est jamais que le reflet d'autres discours aussi trop souvent entendus et qui pèsent dans mon oreille... Vieilles idéologies qui percent aussi les tympans...
TRouver cette justesse. :)



PhA 19/08/2010 19:24



Aucun souci, Aléna. Je ne sais pas si Federman avait la fibre pédagogique, quant à la mienne je l'oublie quand j'écris.



Anna de Sandre 18/08/2010 14:26



Tiens, il y  a longtemps que vous n'aviez pas emmerdé Loïs.



PhA 18/08/2010 15:46



Oui, ça commençait à m'inquiéter.



Aléna 18/08/2010 10:34



TRès très drôle, mais le discours final me laisse un peu sur ma faim... éduquer les foules, tout ça.. hm.



PhA 18/08/2010 11:12



Oh non, je ne crois pas qu'il s'agisse d'éduquer les foules, mais de faire ce qu'on croit juste, en l'occurrence de faire avancer les choses sans vraiment se soucier du public, en se disant qu'il
suivra s'il veut - manière aussi de lui faire confiance, il n'est pas si bête que l'éditeur le croit, on le sait bien puisqu'on en est, c'est crétin de vouloir se mettre au niveau, au niveau de
qui d'ailleurs... (Personnellement ce qui me parle dans ce discours final c'est "ils comprennent rien parce que c'est dans le rien qua les grandes histoires se passent" - comprendre
rien, bien sûr c'est déjà comprendre.)



Didier da 18/08/2010 09:58



Réjouissant, oui ! On vous avez déjà dit que vous devriez tenir un blog ?



PhA 18/08/2010 11:02



C'est vrai ? ça me donne envie d'en ouvrir un, tiens ! (Sans blague, il m'arrive d'y songer ; mais ça prend du temps, non ?)



Dominique Hasselmann 18/08/2010 08:54



La Rachel à la fourrure, un livre vraiment masochiste !



PhA 18/08/2010 09:55



Oh, Rachel n'est pas Wanda, bien au contraire !



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert