Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 07:28

lumiere.jpg

LA CAUSE

 

La lumière décida. Elle entrait horizontalement par l’unique fenêtre de la chambre – une quinzaine de mètres carrés – et ressortait par la fenêtre symétrique du vestibule-cuisine-salon – douze mètres carrés au plus. Du moins est-ce ainsi qu’elle cueillit Ben lors de sa visite. Il devait être huit heures du soir, et le soleil de juin, dont la chute se précipitait comme celle d’une montgolfière en flammes, enduisait les murs mal peints, les meubles de récure et le parquet brut d’un vernis de miel chaud. A l’aube, la Terre ayant tourné son dos, l’appartement serait de nouveau embroché par les rayons, suspendu en plein ciel par un trapèze de lumière plus tangible que les quatre étages inférieurs. A gauche de la cuisine, dont la séparait mal un rideau de perles de bois, la salle de bains-toilettes lui ajoutait à peine cinq mètres carrés. Ben ouvrit grand les deux fenêtres. Le luxe de cette lumière traversante compensait largement, à ses yeux, l’exiguïté des lieux.

 

« Air (vent) lumière, se dit-il,

(soleil)

(h) aspirés. »

 

Pour parvenir à vivre seul, il lui semblait vital d’emménager dans une vue plus que dans un intérieur, dans une lumière plus que dans un volume. Sa haine du domicile n’en exigeait pas moins pour prix de son silence. Il appellerait « chez-soi » davantage un lieu d’où – d’où regarder, d’où repartir – qu’un lieu où, davantage un perchoir, un belvédère, une consigne, qu’une résidence. L’appartement du Catalan, comme il prit l’habitude de le désigner, était idéalement réduit, idéalement ouvert. Sans vis-à-vis, sans ascenseur, sans bail – ce mot terrible, synonyme de cautionnement et de liberté provisoire –, il était situé assez haut sur le flanc d’une colline en bordure de Liguse. Or ce chef-lieu d’une laideur inoffensive devenait presque pittoresque vu du dessus, car la plupart des bâtiments de sa vieille ville avaient gardé leurs toits d’ardoise. Ben se félicita de sa bonne fortune, et il sourit en songeant qu’il la devait à la présence d’un ticket de métro entre les pages trente-deux et trente-trois d’un roman de qualité moyenne.

 

Pierre Alferi, Après vous, POL, 2010, p. 7 à 9.

 

Ce n’est pas parce que je commence la lecture du dernier roman de Pierre Alferi que j’en recopie ici les premières pages : je l’ai déjà terminé ; et ce que je relis par-dessus votre épaule n’est pas ce que vous lisez. Ayant lu ces lignes et les suivantes avant vous, j’ai l’impression de bénéficier d’une profondeur de champ nouvelle. Comme je suis bon prince, je veux bien partager (mais avec parcimonie) mes lumières : notez donc celle, décisive, de la phrase liminaire. C’est peut-être l’héroïne, ou le moteur, ou le sujet de ce roman – où précisément c’est bien une question d’éclairage qui décide de l’importance des personnages, du sujet, ou du genre. Car il y a un très beau jeu de mise en doute du genre et du sujet dans ce roman qui, bien que doté d’une page trente-trois qui suit la trente-deux, n’a rien d’autre en commun avec celui mentionné à la fin de l’extrait ci-dessus : c’est à coup sûr l’un des plus excitants que j’aie lus ces derniers temps – et parmi les autres il y avait déjà les Jumelles.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Juliette Mézenc 01/06/2010 12:14



"emménager dans une vue plus que dans un intérieur, dans un lumière plus que dans un volume" hé mais il habite chez moi ce perso ! à moins qu'il n'ait délogé l'oncle à Tati !



PhA 01/06/2010 12:53



Si vous saviez ce qui va se passer chez vous... (et si vous voulez le savoir, vous savez quoi faire !)



Dane Cuypers 31/05/2010 17:16



Oui "aménager dans une lumière" belle idée !  Et   c'est le rêve, le mien en tout cas. En atelier  d'écriture je donne parfois comme consigne Entrer dans un élément ... (consigne
chipée chez Aleph - Ecritures)  "Entrer dans la lumière" est une expérience d'écriture exaltante 
Cela dit mon néanmoins joli appart n'en a pas assez du tout de lumière et, comme je suis addict, je suis tout le temps soit au parc voisin des Buttes Chaumont soit dans un bistro baigné de soleil
...


Dane


 



PhA 31/05/2010 19:14



Tout avoir... J'ai beaucoup de lumière - loin des Buttes Chaumont !



Zoë 31/05/2010 14:38



Oui, mais si je vous suis (après vous), les piles qui vacillent déjà vont encore s'alourdir. Bon je note (soupir) 



PhA 31/05/2010 19:06



Hélas ! C'est de plus un auteur encore jeune (que dis-je : tout jeune ; je crois qu'il a mon âge) avec une longue et riche carrière devant lui (et même derrière, d'ailleurs). Quelle misère pour
nos étagères !



Gilbert Pinna, le blog graphique 31/05/2010 11:38



Courtoisie de la lumière.



PhA 31/05/2010 19:12



Tant qu'on oublie l'ombre.



Chr.Borhen 31/05/2010 11:21



Philippe, il faut que j'vous dise : vous êtes beau, bien et bon quand vous aimez.



PhA 31/05/2010 18:54



C'est sans doute que j'aime aimer ce qui mérite d'être aimé.



 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert