Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 20:17

– Regarde un peu comment tu fais le ménage ! Que de poussière, que de saletés ! Là ! Là ! Tu vois ? C’est simple, tu ne fais rien !

– Je ne fais rien ! protesta Zakhar, offensé. J’use mes forces, je m’esquinte chaque jour ! J’époussette, je balaie… presque tous les jours !

Il désigna le plancher, au centre de la pièce, et aussi la table où Oblomov prenait ses repas.

– Là, là, dit-il, là, vous voyez bien ! Tout est balayé, et rangé, comme pour une noce. Qu’est-ce qu’il vous faut de plus ?

– Et ça ? Et ça ? interrompit Ilia Ilitch en montrant les murs et le plafond. –  Et ça ? Ça ?

Il désignait maintenant l’essuie-main, abandonné depuis la veille, et une assiette oubliée sur la table avec une tranche de pain.

– Bon, je vais la ranger, dit Zakhar, condescen­dant. Et il prit l’assiette.

– Et la poussière sur les murs ? Et les toiles d’arai­gnée ? dit Oblomov, les désignant du doigt.

– Ça, je les nettoierai à la Semaine sainte, j’astique­rai les icônes et j’enlèverai les toiles d’araignée par la même occasion.

– Et les livres, les tableaux ?

– Les livres et les tableaux, à la Noël ; et nous ran­gerons aussi les armoires, Anicia et moi. Et puis quand voudriez-vous qu’on nettoie ? Vous êtes toujours fourré à la maison !

– Non, je vais parfois au théâtre, et en visite. Tu pourrais en profiter…

– Il faudrait peut-être faire le ménage la nuit ?

Oblomov jeta sur Zakhar un regard plein de reproches, hocha la tête, puis soupira. Zakhar jeta un regard indif­férent par la fenêtre et soupira aussi. Sans doute le maître songeait-il : « Toi, vieux, tu es un Oblomov, plus encore que moi-même ! » Et Zakhar se disait presque : « Tu mens ! Tu n’es bon qu’à faire de pauvres discours, mais la poussière et les toiles d’araignée sont les der­niers de tes soucis. »

– Comprendras-tu enfin que la poussière attire les mites ? dit Ilia Ilitch. – Oui, il m’arrive même de voir une punaise se promener sur les murs.

– Chez moi, il y a même des puces ! rétorqua Zakhar avec insouciance.

– C’est vrai ? Quelle saloperie ! dit Oblomov.

Zakhar eut un sourire si large qu’il alla jusqu’à enva­hir ses sourcils, et même ses favoris, qui s’écartèrent quelque peu, tandis qu’une vive rougeur couvrait tout son visage, jusqu’au front.

– Est-ce ma faute s’il y a des punaises dans le monde ? dit-il avec un étonnement candide. Est-ce moi qui les ai inventées ?

– Cela vient de la saleté, dit Oblomov. Pourquoi mens-tu toujours ?

– Ce n’est pas moi qui ai inventé la saleté !

– Tu as des souris chez toi. Je les entends la nuit qui courent.

– Ce n’est pas moi non plus qui ai inventé les sou­ris. Et puis ces créatures-là, que ce soient des souris, des chats ou des punaises, il y en a beaucoup, partout !

– Et comment se fait-il, alors, que chez les autres il n’y ait ni mites ni punaises ?

Une expression d’incrédulité se peignit sur le visage de Zakhar, ou plus précisément la certitude absolue et paisible qu’un tel état de choses n’était pas de ce monde.

– Chez moi, il y a des bestioles de toutes sortes, dit-­il d’un air buté. Et on ne peut pas veiller sur chaque punaise, la poursuivre quand elle s’échappe… Ça n’en finirait plus !

Il semblait se dire à lui-même : « A-t-on jamais vu sommeil sans punaises ? »

– Enlève au moins les saletés dans les coins, balaye un peu, dit Oblomov.

– Si on balaye, il s’en accumulera d’autres, et demain ce sera pareil, dit Zakhar.

– Non, il n’y en aura plus, il ne doit plus y en avoir.

– Il s’en accumulera, je le sais, reprit le valet.

– Eh bien, s’il s’en accumule de nouveau, tu balaye­ras de nouveau.

– Comment ? Nettoyer tous les jours, tous les coins ? demanda Zakhar. Mais ce n’est pas une vie ! J’aimerais encore mieux que Dieu rappelle mon âme !

 

Ivan Gontcharov, Oblomov, Première partie, Chapitre 1

 

Pour un peu on se croirait dans Fin de partie, non ? En tout cas, ce Zakhar, quelle sagesse ! quelle puissance de persuasion ! « Il s’en accumulera, je le sais. » (C’est comme refaire les plafonds, les tapisseries ; à quoi bon ? Dans dix ans tout sera à refaire, et avec dix ans de plus dans les reins. On a beau dire, on est tout de même bien déraisonnable.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PhA 19/08/2009 22:03

Un bonheur !

Pascale 18/08/2009 23:51

Ah, enfin tu le lis. J'ai adoré ce bouquin!

Didier da 18/08/2009 23:02

Ah, ce bon vieil Oblomov. Tu ne me donnes envie de le relire.

 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert