Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 06:25

Il arrive que lectures personnelles et lectures professionnelles (ces dernières concernant mes élèves de 6e) se croisent – voire qu’elles riment (en -ias).

   

Herbert Tobias, votre premier frère en désastre, avant de disparaître on ne sait où, eut le temps de vous baptiser.

Petite sœur, la vie est courte, tu es là pour marcher sur la tête des rois ! À une femme telle que toi, il faut nez qui saignent et couronnes fendues. Tu vas adopter le nom de ce Grec, Nico Papatakis, qui prend le temps de produire le premier long métrage très confus d’un certain Cassa­vetes (un certain Shadows, des histoires de nègres dans des rues en noir et blanc) et ne jette jamais un seul regard sur moi. Tu vas prendre le nom du seul homme qui ne m'a jamais trahi, qui n’a jamais prétendu m’aimer, qui ne sait même pas qui je suis. Quelle promesse ! Tu t’appelleras Nico désormais. Tu porteras mon désespoir sur les scènes du monde, tu lui donneras son sens secret. Cet homme si droit, si juste, cette incarnation de la mesure et du bon goût, tu vas d’abord faire porter des robes à son nom, le couvrir de crèmes et de colifichets.

Et quand viendra ta chute – car je ne t’ai donné tous ces conseils de prudence que pour qu’ils t’exaspèrent, afin que tu te jettes plus vite par-dessus bord et en croyant n’obéir qu’à ton seul instinct –, quand viendra la chute après la gloire, tu traîneras son nom dans les articles les plus sordides de la presse à scandale.

Dès à présent, pas un muscle de ton visage ne doit plus bouger quand on prononce ton ancien nom. Jamais en­tendu Christa Päffgen, jamais vu : tu ne sais pas ce que c’est. Christa Päffgen : corps mort, dépouille pour biographes. Marche Nico, marche, car c’est la fin du monde en avançant !

 

Alban Lefranc, Vous n’étiez pas là, p. 69-70, Verticales, 2009.

 

 

Bientôt l’âme du Thébain Tirésias arriva, son sceptre d’or à la main. Il me reconnut et me dit :

– Malheureux ! Pourquoi quitter la lumière du soleil et venir chez les morts en leur triste pays ? Mais écarte-toi que je boive le sang et te dise la vérité !

Il dit ; je m’écartai et remis au fourreau mon épée à clous d’argent. Il but le sang noir et ce devin irréprochable me dit :

Tu désires un doux retour, illustre Ulysse, mais un dieu te le rendra amer. Je ne crois pas que Celui qui ébranle la terre te pardonne en son cœur d’avoir aveuglé son fils. Pourtant, il se peut que vous arriviez, au terme de longues souffrances. Mais il te faudra savoir contenir ton cœur et retenir tes hommes lorsque ton solide navire abordera l’île du Trident. Vous y verrez paître les bœufs et les gras moutons du Soleil, le dieu voit tout, entend tout. Si tu les laisses sains et saufs, si tu songes au retour, alors vous rentrerez tous à Ithaque; mais si tu les blesses, je te prédis la perte de ton navire et de tes compagnons. Tu en réchapperas seul, et, comme un misérable, ayant perdu tous tes compagnons, tu reviendras sur un navire étranger pour souffrir encore en arrivant chez toi. Tu y verras des hommes gas­piller tes richesses et courtiser ta femme. Mais sans doute te vengeras-tu à ton retour. Voilà, j’ai dit et c’est la vérité.

 

Homère, L’Odyssée.

Partager cet article

Repost0

commentaires

PhA 03/03/2009 21:15

Chanceux grâce à vous, Fayçal ; mais vous avez raison : il m'arrive souvent, à la lecture d'un chef d'oeuvre ancien, d'avoir envie de crier au chef d'oeuvre, et de me taire parce que tout le monde est déjà au courant ; mais ce plaisir, cette bonne nouvelle que je garde pour moi reste un trésor.

Fayçal 03/03/2009 21:07

Un peu honteux... !? Mais vous avez une sacré chance de pouvoir découvrir, d'avoir un regard neuf, enfant...Félicitations !

PhA 03/03/2009 19:33

Merci Fayçal. Je me rends compte, un peu honteux, que je n'avais jamais lu ce poème !

Fayçal 03/03/2009 11:47

Art poétique 
Voir que le fleuve est fait de temps et d'eau,Penser du temps qu'il est un autre fleuve,Savoir que nous nous perdons comme un fleuve,Que les destins s'effacent comme l'eau.Voir que la veille est un autre sommeilQui se croit veille, et savoir que la mortQue notre chair redoute est cette mortDe chaque nuit, que nous nommons sommeil.Voir dans le jour, dans l'année, un symbole De l'homme, avec ses jours et ses années ;Et convertir l'outrage des annéesEn harmonie, en rumeur, en symbole.Faire de la mort sommeil, du crépusculeUn or plaintif, voilà la poésiePauvre et sans fin. Tu reviens, poésie,Comme chaque aube et chaque crépuscule.La nuit, parfois, j'aperçois un visageQui me regarde au fond de son miroir ;L'art a pour but d'imiter ce miroirQui nous apprend notre propre visage.On dit qu'Ulysse, assouvi de prodiges,Pleura d'amour en voyant son IthaqueVerte et modeste ; et l'art est cette IthaqueDe verte éternité, non de prodiges.Il est aussi le fleuve interminableQui passe et reste, et reflète le mêmeContradictoire Héraclite, le mêmeMais autre, tel le fleuve interminableBorgès, L'Auteur 

 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert