Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 19:02

Pas bien certain qu’un homme, encore relativement jeune (quoique, certes, de moins en moins), et père de famille qui plus est (et père comme on en entend trop, avec plein la bouche de sa progéniture – sans rien de commun avec Kronos cependant, qu’on se rassure) soit la personne la mieux placée pour parler de Nullipare.

 

« Je me demande s’il existe un mot semblable qui désignerait un homme qui n’aurait pas d’enfant. Je comprendrais qu’il n’y ait rien. » (p. 13)

 

J’ai écrit un roman dont c’est un des sujets – le sujet invisible (comme le roman lui-même, d’ailleurs, ou mon nom sur la couverture). Jamais dit, le sujet. (Sans doute, oui, ce mot, pour un homme, n’existe pas.) J’aime aussi ce hasard, qui à mes oreilles fait de la fin d’un titre le début d’un autre.

 

« Voilà, je voudrais interroger l’ahurissant mystère de ne pas avoir d’enfant comme on interroge l’ahurissant mystère d’en avoir. »

 

C’est vrai que les enfants sont un sujet. Leur absence, jusque là, moins (me semble-t-il). Juste un sujet de conversation, plutôt convenu. Et là, c’est dit, c’est écrit, interrogé vraiment, oui, dans la singularité de son histoire. Et ce dire à mes yeux a quelque chose d’un peu héroïque.

 

Un extrait :

 

 

Il y a deux ans de cela, un marchand chinois de poulets rôtis me donne une sucette. C’est le jour de la fête des mères. « Bour les mamangs », me dit-il, avec son accent. Il ne peut pas supposer, à l’âge que j’ai, que je n’aie pas d’enfant. C’est une chose inconcevable dans sa culture, un tel malheur qu’on ne peut pas se le figurer. Je n’ai même pas osé déballer la sucette, encore moins la manger, ni même l’offrir. J’aurais usurpé une condition, un statut.

 

J’ai toujours le sucre rose, emballé dans son papier cristal, chez moi, qui vient me rappeler l’incongruité de ma situation.

 

Lorsque j’étais écolière, pour la fête des mères, je composais toujours un poème. Je me souviens d’un vers : « tes mains usées aux carreaux blancs et noirs ». J’avais dû le piquer dans le Lagarde et Michard, car nous n’avions pas de carreaux blancs et noirs. Les mains de ma mère étaient quand même usées.

 

 

Jane Sautière, Nullipare, p. 68-69, éditions Verticales.

 

Je n’allais pas écrire un article : d’autres l’ont déjà fait, et bien mieux que je ne saurais. Il suffit par exemple d’aller sur remue.net, de lire l’Humanité ainsi que le nouveau numéro (98) du Matricule des Anges.

On pourra aussi écouter ici l’auteur lire son texte et on lira soi-même bien sûr d’autres extraits sur Lignes de fuite.

Les oubliés me pardonneront.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PhA 26/11/2008 21:52

Vous voulez dire : l'histoire attendue, la seule histoire pensable par le marchand chinois ? Parce qu'il y en a quand même une autre, un parcours personnel, un engagement singulier (la prison). Mais oui : incapacité où l'on se trouve d'être acteur de sa propre histoire, qui ici devient nulliparité, et ailleurs assumera d'autres formes.

ms 26/11/2008 21:41

le problème c'est que l'histoire ne peut pas avoir lieu, puisqu'elle a eu lieu, avec toute l'incapacité que cela implique d'être acteur de sa propre histoire, toute l'impuissance, ou la nulliparité justement

PhA 26/11/2008 21:34

Même si vous n'avez pas réussi à écrire sur Nullipare, c'est un peu vous qui avez attiré mon attention dessus. Avec ce livre, je vois la personne comme un lieu, où une histoire précisément a lieu - trouve lieu -, qui la dépasse (avant/après). La nulliparité, comme vous dites, n'est qu'une sorte de sujet circonstanciel - mais difficile à aborder (oui, ce livre est courageux) - et qui rend aussi le commentaire difficile (c'est pourquoi je l'ai lâchement esquivé).

ms 26/11/2008 21:12

Nullipare est un des deux livres que j'avais rapportés de la fête de l'Huma ou j'avais bien discuté avec ma voisine par ordre alphabétique. Je l'ai lu aussitôt et l'ai beaucoup aimé, mais n'ai jamais réussi à écrire à son propos sur mon blog. Pas facile. En tous cas il me semble qu'il traite de beaucoup plus que de la seule  "nulliparité" et en particulier comme le dit très justement PhA juste au dessus, de toute l'histoire écrite avant soi, particulièrement lourde à porter dans le cas de la narratrice. C'est un livre terriblement courageux, je trouve; de soulever des poids pareils.

Pascale 22/11/2008 08:37

Je reste perplexe, très. Je suis allée au bout des liens proposés et aucun ne m'a donné l'envie d'ouvrir ce livre. Du peu que j'en sais grâce à eux, je ne vois pas ce qu'il détient comme promesse, il me semble tourner autour d'un état. Certes, j'ai des enfants et j'en suis heureuse. Certes, je conçois qu'on ne veuille pas enfanter même si au fond de moi je ne le comprends pas. Mais qu'apporte ce livre, réellement ?

PhA 22/11/2008 12:09


Question difficile, pour le moins. Tout au plus puis-je dire ce qu'il m'apporte : la singularité d'une histoire, écrite dès avant soi-même,
dont on est en même temps le résultat et l'acteur, et le témoin.


 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert