Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Hublots - ISSN : 2266-324X
  • Hublots - ISSN : 2266-324X
  • : Hublots est désormais à cette adresse : http://hublots2.blogspot.fr/
  • Contact

Les Hublots continuent sans publicité imposée à cette adresse : hublots2.blogspot.fr

 

 

- parce que la visibilité est mauvaise

- améliorer la visibilité

- sur ces hublots

- Hublots mode d'emploi

Sonde

Pêche annuelle

Samuel Beckett, Lettres I.

Claro, CosmoZ.

Pascale Petit, POOL !

Jean-Pierre Martinet, La grande vie.

Anne-Sylvie Salzman, Vivre sauvage dans les villes.

Pablo Katchadjian, Quoi faire.

Eric Pessan, Le syndrome Shéhérazade.

Marie Cosnay, Des métamorphoses.

Olivier Hervy, Agacement mécanique.

Guy Goffette, Mariana, Portugaise.

Gaétan Soucy, N'oublie pas, s'il te plaît, que je t'aime.

Jean-Louis Bailly, La Chanson du Mal-Aimant.

Gabriel Bergounioux, Dominos.

Véronique Pittolo, Une jeune fille dans tout le royaume.

Collectif, Devenirs du roman, Ecriture et matériaux.

Emmanuel Venet, Rien.

Ian Monk, .

Claro, Cannibale lecteur.

Antoine Brea, Petites vies d'écrivains du XXe siècle.

Laurent Albarracin, Fabulaux.

P.N.A. Handschin, Traité de technique opératoire.

Stéphanie Leclerc, Le parasol de Robinson.

Derek Munn, Un paysage ordinaire.

Perrine Le Querrec et Stéphanie Buttay, Coups de ciseaux.

Jacques Josse, Liscorno.

Collectif, Pour Eric Chevillard.

Pascale Petit, Lettres d'amour et Manière d'entrer dans un cercle & d'en sortir.

Lola Lafon, La petite communiste qui ne souriait jamais.

Pierre Jourde, La première pierre.

Didier da Silva, L'Ironie du sort.

Pierre Bergounioux, Préférences.

Thomas Vinau, Juste après la pluie.

Bruce Bégout, L'Accumulation primitive de la noirceur.

Claro, Les souffrances du jeune ver de terre.

Eric Chevillard, Le désordre AZERTY.

Jean-Louis Bailly, Un divertissement.

Eric Chevillard, Péloponnèse.

Emmanuelle Pireyre, Congélations.

Jean-Michel Espitallier, L'invention de la course à pied (et autres trucs).

Leo Lionni, La botanique parallèle.

Laurent Albarracin, Le citron métabolique.

Pascale Petit, Histoir d'ouf.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Ma mère.

Christoph Meckel, Portrait-robot. Mon père.

Victoria Horton, Pagaie simple.

Nina Allan, Complications.

Danielle Auby, Bleu horizon.

Richard Elman, Taxi driver.

Frigyes Karinthy, Farémido, le cinquième voyage de Gulliver.

Albin Bis, Albin saison 1, cent épisodes.

Tatiana Arfel, La deuxième vie d'Aurélien Moreau.

Sandra Moussempès, Acrobaties dessinées.

Marie Rousset, Conversation avec les plis.

Céline Minard, Faillir être flingué.

B. S. Johnson, Chalut.

Pierre Jourde, Le Maréchal absolu.

Raymond Federman, A qui de droit.

Claude Chambard, Carnet des morts.

Archives

- Lundi 28 avril à 14h55, dans le cadre de l'émission le Carnet du libraire d'Augustin Trapenard sur France Culture, Sidonie Mézaize, de la librairie Kyralina à Bucarest, parlait de Rien (qu'une affaire de regard).

- Samedi 14 juin de 17h à 18h, Pierre Jourde, Guy Goffette et moi-même étions les invités d'Augustin Trapenard pour son émission le Carnet d'or, qui portait sur le thème de la réécriture.

10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 20:38

Et lors, sautant du rempart comme Vipère-d’une-toise le savoit faire, un freluquet nommé Brucelet, s’accro­chant de son poids sur un arbre qui plie et le relance, part les pieds devant, roide et long comme un estoc volant, en plein sur la teste du bastard. Icelui, déjà navré la veille, affaibli, gicle des estriers et s’abat lour­dement à six pas de son cheval, tremblant la terre. Brucelet va pour le prendre quand sortent comme de taupinières, dix hommes armés de la garde rapprochée du bastard, le cernant orains entour du corps de leur capitaine.

Brucelet ne s’effroye, ne s’affole. Tourne sur ses pieds, lentement, jauge les hommes. Pousse le bastard assommé qui roule par en bas, dégage la place. Par ensuite, emmi les dix qui le bordent, oeilz dans les oeilz, il ôte surcot et chemise et ainsi se tient-il, en chausses noires, nu torse et vides les poings devant les armes défeurrées des dix hommes couverts de cuir. Les mains par devant, ouvertes et tenues, les cinq doigts comme des griffes. Sa membrature est ferme et blanche, ses épaules roulent sous sa peau. D’emblée un homme par derrière lui s’élance, lame levée. Brucelet se ramasse, arme son coude et le lasche fort dans l’esto­mach de l’attaquant, au fois du corps, icelui tombe d’un coup, souffle court et coupé. Lors Brucelet fait un petit bond d’avant et sautillant devant les aultres bouches bées, à petits pieds, lance un miaulement de chat fol, échaudé, de sorcerie de bûcher qui résonne sur les murs et dresse tous poils. Quand le cri retombe, trois devant lui se lancent ensemble à la charge, deux coups de pied, tendus levés, un coup de poing, ils roulent à terre. Deux aultres aux costés, demi-tour sauté, ung par ung, genou sur la face, écrasée, manchette au haterel puis enchaînés sur ce gros qui ne tombe mais recule, coups de pied au ventre, au foie, à l’aine, crochet sous le nez. Brucelet bondit en sault d’arrière enroulé, esquive une épée, bloque le bras qui la tient et force un coup sec. On entend craquer l’os. L’homme hurle. Vipère-d’une-­toise depuis le rempart hoche le chef et commande :

– Kung-fu du thé !

Brucelet se met en garde basse, puis s’appuie sur la main et jette en cercle autour de lui ses jambes tenues roides, ce faisant, frappe aux genoux deux hommes qui s’effondrent. Lors le gros se relève, la bouche en sang, furyeux, charge à corps perdu lance par devant. Brucelet la dévie de son torse par un coup d’avant-braz. Elle s’en va ficher à vingt pas. Et lors :

– Paume de sagesse !

Lançant sa main ouverte sur le poitrail de son ennemy, il prend un élan qui le porte droit, et souffle la grosse masse de l’homme désarmé, long de chemin, deux pieds en sus du sol. Et s’éboule à la fin le gros homme qui tape, toujours debout, sur un tronc de chêne, lequel d’abord encaisse, puis craque, et tous deux s’abattent dans un grand bruit de branches. Brucelet en deux bonds est à nouveau dans la place. Accroche l’air de ses doigts et du haut en bas, tire vers lui la force du ciel en miaulant derechef. Les deux gardes du bastard encor sur pieds, entendant cela et voyant le reste, jettent les armes et talonnent dans la plaine, plus vitement se peut-il que cerf chassé à courre poursuivi par les veautres.

 

Céline Minard, Bastard Battle, (LaureLi Léo Scheer), p. 99-100.

 

Si j’étais un lecteur plus sérieux, je devrais me fendre d’une fine analyse plutôt que de recopier un passage ; mais pas possible : quand je lis ça, j’ai huit ans – et rangez vos bibelots fragiles !

 

Les premières pages, on peut les lire ici.
Et ici, écouter l’auteur (on peut essayer d’abord sans le son – pour apprécier son air sage – puis avec…)
Paraîtrait qu’il existerait de ce livre une édition "bizarre" (et rare)... 

(Et je profite de mon soudain rajeunissement pour remercier Laurent de m’avoir tenu la main pendant ces premiers pas sur la toile – alors qu’il en a bien d’autres à tenir, plus mignonnes que la mienne.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laurent 13/11/2008 14:26

De rien. Ravi de voir le résultat ! Bonne continuation !

PhA 11/11/2008 10:50

Mais oui, Didier - plus rapide que l'éclair -, tu es bien le premier ! Ce chantier (naval) nécessitant à mes yeux encore quelques aménagements, j'avais bien pris soin de n'avertir personne. Las ! on n'échappe pas à ton regard perçant. Considérons dès lors ton message comme sorti de la bouteille brisé contre la coque !

Didier da 11/11/2008 10:04

Je ne suis quand même pas le premier à faire un commentaire ? si ? Félicitations, cher Philippe. Je t'ai mis à l'instant dans mes liens. Longue vie à ces hublots ! Montjoie !

 

Rien (qu'une affaire de regard) couv

Mon premier roman, indisponible depuis des années, fait l'objet d'une réédition revue et corrigée, chez Quidam éditeur bien sûr, sous le titre Rien (qu'une affaire de regard). (Mars 2014)

La quatrième de couverture.

L'accueil de la critique.

Le Carnet du Libraire, sur France Culture.

 

Couv Dans mon oreille
Dans mon oreille, illustré par Henri Galeron, aux éditions Motus (12 septembre 2013).

par le hublot (droit)

(A suivre) - J.d'Abrigeon (2) - L.Albarracin (2) - Albin - P.Alferi (2) (3) - J.Alikavazovic - N.Allan - Altan - T.Arfel - P.Arguedas - M.Arrivé (2) (3) (4) (5) (6) - D.Auby  (2) (3) - P.Autin-Grenier - L.Bablon - JL.Bailly (2) (3) - I.M.Banks - J.Baqué - C.Barreau - L.Bassmann (2) (3) (4) - E.Baudoin (2) - F.Beaune - C.Beauvoir - S.Beckett (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) - B.Bégout - Th.Beinstingel (2) (3) (4) - J.duBellay - L.BenincáG.Bergounioux (2) (3) (4) (5) (6) - P.Bergounioux (2) (3) - A.Bertina (2) - A.Bertrand - H.Bessette - P.Bettencourt - F.Bon - E.Bonnargent - M.Bonnevay - S.Bourgois - A.Bréa (2) - RD.Brinkmann - R.Butlin - O.Cadiot - JL.Caizergues (2) - N.Caligaris - I.Calvino - M.Candré - K.Čapek (2) - Casanova - Cl.Chambard - P.Chamoiseau (2) - G-O.Châteaureynaud (2) - E.Chauvier - E.Chevillard (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) - Claro (2) (3) (4) - J.Coe (2) (3) - M.Cohen (2) (3) (4) (5) - S.Coher (2) - S.T.Coleridge  (2) - Colette - Y.Colley - M.Cosnay (2) (3) (4) (5) (6) (7)JL.Coudray (2)D.da Silva (2) (3) (4) (5) (6) - D.Decourchelle (2) - M.Desbiolles - A.DiazRonda - A.Dickow (2) - Y.diManno - S.Doppelt - M.Draeger (2) - C.Dubois - M.Duplan - J.Echenoz - R.Elman - Chr.Esnault - J-M.Espitallier - E.Faye (2) - R.Federman (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - E.deFilippo - J.Filloy - G.Flaubert (2) (3) - F.Forte (2) - Em.Fournier - H.Frappat (2) (3) - Fred - M.Frering (2) - R.Froger - F.Gabriel - A-M.Garat - Ph.Garnier (2) (3) (4) (5) - R.Gary - M.Giai-Miniet - J.Giono - L.Giraudon - G.Goffette - I.Gontcharov (2) (3)S.J.Gould - J.Grandjean - Grimm - F.Griot - D.Grozdanovitch (2) (3) - D.Guillec - P.N.A.HandschinB.Heim (2) - Hergé - O.Hervy - R.Hoban (2) - E.Hocquard - Homère - V.Horton (2) - B.Jacques - R.Jirgl - B.S.Johnson (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) - G.Josipovici (2) (3) (4) - J.Josse (2) (3) - J.Jouet (2) - P.Jourde (2) (3) (4) (5) (6) - F.Kafka (2) - Fe.Karinthy - Fr.Karinthy (2) - P.Katchadjian - J.Lafargue (2) (3) (4) - E.Larher - F.Léal - S.Leclercq - JMG.LeClézio - A.Lefranc (2) - LeGolvan (2) - M.Lentz - P.LePillouër - P.LeQuerrec (2) - D.Lespiau (2) - E.Levé - L.Lionni - H.Lucot (2) - S.Macher - Chr.Macquet - C.Mainardi (2) - LE.Martin - J-P.Martinet - Masse - F.Matton (2) (3) - D.MémoireH.Michaux - P.Michon - C.Minard (2) (3) (4) (5) (6) (7) - H.Mingarelli (2) (3) - Moebius - Chr.Molinier - I.Monk - D.Montebello - J.Montestrela - R.Morgiève (2) - S.Moussempès - J.Mouton (2) - D.Munn - Munoz et Sampayo - Nerval (2) (3) - Ovide - E.Pagano - Y.Pagès - J-F.Paillard - A.Parian - P.Parlant - M.Pautrel - D.Pennac - X.Person - E.Pessan (2) (3) (4) (5) - P.Petit (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17)H.Pinter - E.Pireyre (2) (3) - F.Pittau (2) - V.Pittolo (2) (3) - V.Poitrasson - M.Pons (2) - C.Portier (2) (3) - C.Prigent - D.Quélen - N.Quintane (2) (3) - E.Rabu - E.M.Remarque - M.Rivet - O.Rohe - Cl.Rosset - M.Rousset - AS.Salzman (2) - A.deSandre - N.Sarraute - J.Sautière - A.Savelli (2)E.Savitzkaya  (2) (3) (4) (5) (6) - B.Schulz - O.Scohy - P.Senges - A.Serre (2) - M.Simon - S.Smirou - M.Sonnet (2) (3) - G-Soucy - G.Stubbe - L.Suel - I.Svevo - Y.Ténédim - P.Terzian - A.Tot - E.Venet - R.Verger (2) (3) - M.Villemain (2) - Th.Vinau (2) (3) - A.Volodine (2) (3) (4) (5) (6)C.Wajsbrot - C.Ysmal - F.Yvert